Les smartphones identifient et situent la pollution sonore

Par 23 novembre 2009 2 commentaires

Le laboratoire de sciences informatiques de Sony transforme les téléphones en capteurs qui localisent la source du bruit et son intensité. Le but : dresser une carte de la pollution acoustique dans les villes.

Les Etats-membres de l'Union Européenne ont l’obligation de créer tous les cinq ans une carte de la pollution acoustique dans les zones urbaines. Au lieu d'installer des capteurs souvent très coûteux, Sony Computer Sciences Laboratory propose de mobiliser les citoyens en leur permettant d'utiliser leurs smartphones pour fournir des informations nécessaires. Pour ceci, le laboratoire a mis au point une application baptisée NoiseTube. Celle-ci permet de recueillir le niveau du bruit capté par le microphone, ainsi que la géolocalisation de la personne.
Utilisable sur Google Earth
L'utilisateur ajoute ensuite des informations complémentaires concernant la source du bruit. Ces données sont transmises au serveur du NoiseTube. Ce dernier associe les informations avec le nom de la rue et de la ville et les convertit en format utilisé par Google Earth. Le système vérifie également les conditions météorologiques de l'endroit. Ainsi, les bruits provoqués par le vent fort seront rejetés. Cette méthode permet d'identifier les endroits caractérisés par une présence constante de bruits importants.
Géolocaliser les bruits
Les données peuvent être téléchargées sur le site du projet et affichées via Google Earth. Actuellement, le logiciel ne fonctionne que sur les smartphones de Sony Ericsson et Nokia. Il sera bientôt compatible avec iPhone. "Nous sommes en train de concevoir une méthode de calibrage automatique des microphones", précise Nicolas Maisonneuve, responsable du projet. Pour rappel : l'université de Cambridge a déjà mis au point un système permettant aux téléphones portables de contrôler et géolocaliser la pollution atmosphérique.

Haut de page

2 Commentaires

A quand les écoutes crowd"-sourced", avec des algorithmes reconstituant une conversation dans un lieu public à partir des fragments captés par les téléphones mobiles en cours d'utilisation aux alentours?

Soumis par Tottoro (non vérifié) - le 24 novembre 2009 à 10h53

Pendant ce temps, les fabricants de téléphones font leur maximum pour réduire le fond sonore de la conversation...

Soumis par Tottoro (non vérifié) - le 24 novembre 2009 à 11h28

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas