Quand le SMS diffuse l'alerte sonore d'urgence

Par 04 mars 2008
Mots-clés : Smart city

Le logiciel Wireless Emergency Communications permet de retranscrire des SMS d'urgence en signaux sonores pour les personnes malvoyantes. Adapté sur mobile, il a remporté une large adhésion des individus l'ayant testé.

Le SMS se fait sonore en cas d'urgence pour les personnes malvoyantes. C'est l'objectif d'un projet défendu par le Geogia Tech Wireless Rehabilitation Engineering Research Center. Le centre a expérimenté un dispositif de communication d'urgence "sans-fil" (Wireless Emergency Communications, WEC), permettant d'alerter des personnes en cas d'événement climatique exceptionnel, d'incendie, etc. Le système consiste en un logiciel adaptable sur mobile. Basé sur l'OS Window Mobile, il propose une interface principalement basée sur l'audio et permet la transcription de messages textes d'urgence de façon sonore. WEC aurait convaincu de son efficacité une très large majorité des trois mille individus qui ont participé à ses premiers tests, d'après les chercheurs à l'origine du projet.
Avis favorables
Ce sont en effet près de 95 % des volontaires – aveugles et malvoyants - de cette expérience grandeur nature qui se seraient prononcés en faveur de ce système, avançant "une nette amélioration par rapport à leurs solutions d'alerte habituelles". Ces derniers, équipés de smartphone pour l'occasion, ont été l'objet de trois envois d'alertes SMS. Ces signaux, retranscrits en sons dès réception sur l'appareil, reproduisaient les sirènes d'alarmes correspondant au protocole d'urgence utilisé en cas de risques climatiques – ouragans, etc. D'intensité croissante, le volume des messages transmis était censé traduire le degré d'urgence de la situation. Un élément largement apprécié d'après les retours des volontaires.
Un système d'urgence à porter sur soi
Autre point : la fonction de répétition incluse par le système a également été relevée comme un élément de sécurité important. Un mode plus efficace que "de recevoir une alerte via le téléviseur, la radio, ou encore l'intervention d'un ami", ont concédé certains participants. Ces derniers ont en effet relevé quelques manques liés à ces vecteurs d'alerte : des messages non ciblés, un défaut d'immédiateté. "L'avantage de solutions logicielles de communications et d'appareils d'urgence accessibles est qu'ils peuvent atteindre l'utilisateur, ce quelque soit leur activité ou le lieu où ils se trouvent", a indiqué Helena Mitchell, l'une des responsables du projet WEC. D'autres expérimentations de ce type sont à venir en 2008. Elles porteront cette fois-ci sur une fonction d'alerte vibrante pour les personnes malentendantes.

L'Atelier BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas