Sol cherche à développer internet sur les marchés émergents via l’énergie solaire

Par 26 septembre 2013
green tech

Le premier ordinateur solaire conçu pour les pays africains est sur le point d’être commercialisé. L’Afrique guidera-t-elle un jour la révolution du green-tech ?

Avec environ 16% de la population en ligne, l’Afrique présente des opportunités considérables pour les sociétés spécialisées dans les télécommunications et les nouvelles technologies. Paradoxalement, c’est dans ses contraintes (manque d’infrastructure, problèmes énergétiques, pollution etc.) qu’il est possible de trouver des marchés de niches.  Le dernier exemple en date est un ordinateur portable entièrement alimenté à l’énergie solaire, conçu par Wewi. Cette entreprise de télécommunications canadienne a su palier les difficultés d’accès à l’électricité dans certaines régions en employant un avantage énergétique du continent.

Produit solide à un prix compétitif

Baptisé Sol, l’ordinateur se recharge grâce à quatre panneaux photovoltaïques intégrés dans la coque de l’écran, mais aussi via sa batterie de 45 watts rechargeable en deux heures. Résultat : une fois chargé, l’ordinateur possède une autonomie de 8 à 10 heures. Un autre aspect intéressant du produit réside dans son prix alléchant : la version d’entrée de gamme de Sol, comprenant la LTE (4G) ainsi que le bluetooth 4.0 coûte entre 350 et 400 dollars. Pour David Snir, fondateur de Wewi, Sol est en quelque sorte une réponse au problème posé par les coupures récurrentes d’électricité et à l’engouement des populations locales pour les nouvelles technologies. « Le niveau d’autonomie et la solidité des matériaux utilisés sont donc au cœur du développement de notre produit » ajoute-il.

Afrique, continent du green tech ?

Bien que Sol soit le premier ordinateur à avoir été conçu en particulier pour des pays en développement et en l’occurrence pour des pays africains, il est loin d’être le premier ordinateur portable solaire. En effet, Samsung avait déjà lancé un même genre de produit en 2011. Baptisé NC215S, l’ordinateur de l’époque disposait d’une autonomie bien plus limitée (environ une heure pour deux heures d’exposition au soleil). Parallèlement, le géant sud-coréen s’est également mis à fabriquer des téléphones mobiles qui fonctionnent à l’énergie solaire. Ses concurrents n’ont pas tardé à entrer dans le marché, à l’instar de ZTE, ou LG. L’Afrique serait donc le premier continent à avoir commercialisé des objets électroniques solaires.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas