"Les solutions e-learning de simulation des performances vont devenir des applications clefs "

Par 10 septembre 2004
Mots-clés : Smart city, Europe

Interview de James Lundy, Lead Analyst for Corporate Learning, cabinet Gartner...

Atelier – Comment qualifieriez-vous le marché de l'e-learning aujourd'hui? A quelle étape de son développement en est-il ? 
James Lundy - Le e-learning est en train de passer d'une adoption moyenne à une adoption massive. Cette progression devrait se confirmer ces cinq prochaines années. Dans beaucoup d'entreprises aujourd'hui encore, la formation est vue comme un mal nécessaire, et c'est bien souvent la première activité touchée en cas de réduction des coûts.
Cependant, il me semble que les entreprises vont de plus en plus s'apercevoir que la formation est un facteur essentiel de leur compétitivité. Bien entendu, ce changement ne se fera pas du jour au lendemain. Mais on s'aperçoit qu'il s'est d'ores et déjà opéré dans certains secteurs. Il n'y a qu'à prendre le cas des centres d'appel, qui y ont largement recours.
A - Quelles sont les principales tendances du marché que nous devrions observer ces cinq prochaines années ?
J.L. - Je suis tenté de quatre tendances majeures, qui s'ajoutent à celle d'une progression générale de la formation en ligne :
Première tendance, l'augmentation des contenus « sur-mesure ». En même temps que la demande augmente, les entreprises se focalisent sur des tâches spécifiques. Les systèmes de gestion de contenu pour l'apprentissage (LCMS : Learning Content Management Systems) gagnent en popularité. [NDLR : Ces systèmes facilitent la modularisation des connaissances et sont destinés à formaliser les savoirs de l'entreprise, à répertorier toutes les unités d'apprentissage].
Nous avons pu observer en 2003 une forte augmentation de l'intérêt des entreprises pour les LCMS. Cette tendance s'est vérifiée dans les premiers mois de 2004 et il est permis de l'attribuer au nombre grandissant des librairies de contenus qui doivent être gérées dans l'entreprise.
Deuxième tendance , la concentration de l'industrie e-learning. Nous estimons par exemple que fin 2008 les plus gros vendeurs contrôleront plus de 40 % du marché du LCMS. Nécessairement, les plus petites sociétés proposant des offres vont devoir fusionner avec de grandes sociétés qui profitent déjà de solides bases de données clientèles. Je pense à des acteurs Oracle, IBM, Sun Microsystems, Siebel Systems, PeopleSoft ou encore SAP.
Troisième tendance , les solutions e-learning de simulation des performances vont devenir des applications clefs, sur le secteur de la formation. Ces solutions proposent à l'apprenant une sorte de formation par l'action et sont censés s'adapter aux besoins de chaque apprenant. Elles se destinent de plus en plus à être déployées dans le cadre d'apprentissages critiques, qui nécessitent une mise en condition.
Elles sont aussi tirées par l'émergence de nouveaux outils, qui permettent de créer des simulations sur mesure, à forte valeur ajoutée et à fort retour sur investissement.
Quatrième tendance , l'externalisation de la formation en ligne.
Les entreprises réalisent souvent qu'elles ont besoin d'aide dans la mise en place d'une formation en ligne. Elles choisissent donc bien souvent un partenaire capable de leur fournir une solution complète, incluant logiciel, services et contenu.
A - Aujourd'hui, quels sont les acteurs du marché qui se distinguent et progressent véritablement ?
J.L. - IBM Global Services, Accenture, Saba , SumTotal Systems, WBT Systems (Irlande), Pathlore, Plateau, Knowledge Planet, Intellinex (Ernst and Young).
A - Selon vous, est-ce qu'une entreprise peut réellement planifier son retour sur investissement suite à l'implémentation d'un outil de e-learning? De quelle manière ?
J.L. - Le retour sur investissement varie d'une entreprise à une autre et dépend de divers facteurs. Ses indicateurs sont les suivants :

le temps passé hors du bureau : c'est un énorme facteur de réduction des coûts, parce que la formation en ligne peut réduire de 20 à 40 % le temps passé à se former par rapport à une formation traditionnelle.
Les compétences gagnées
Le « time to market » : c'est l'un des facteurs les plus essentiels lorsque l'on migre vers une solution de formation en ligne, qui va permettre à plusieurs personnes d'être formées en même temps et de cette manière réduire de plusieurs semaines ou mois l'agenda de lancement d'un nouveau produit
L'uniformisation des apprentissages dans l'entreprise : les collaborateurs sont formés plus uniformément et de ce fait les concepts et les méthodologies sont les mêmes dans toutes les parties de la société et dans toutes les filiales.

D'autres indicateurs sont mesurables à plus long terme : productivité  (les collaborateurs peuvent effectuer plus de tâches en un temps plus court ou avec moins de ressources), amélioration des résultats de l'entreprise (particulièrement visible dans le cas de formations dispensées aux collaborateurs de centres d'appel, à la force de vente, au management), meilleures relations de l'entreprise avec ses salariés et ses clients ( Le turn-over est plus limité parce que la formation a un impact sur la fidélité des employés et sur celle des clients, nécessairement).
Par Anaïs Grassat

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas