"Les solutions innovantes doivent s'adapter aux besoins des TPE-PME"

Par 01 septembre 2010
Mots-clés : Smart city, Europe

Les très petites entreprises qui adoptent les nouvelles technologies le font dans une logique pragmatique, pour développer leur relation client ou pour se simplifier le quotidien.

Entretien avec Grégory Maubon, chef de projet TIC, responsable de l'accompagnement numérique des entreprises au sein de la CCI de Dijon. L'Atelier l'a rencontré aux journées "Ruralitic", à Aurillac.
L'Atelier : Quelles sont les grandes tendances high-tech aujourd'hui, du point de vue des TPE-PME ?
Grégory Maubon : S'agissant des petites entreprises - et cela est d'autant plus vrai pour les très petites entreprises (moins de vingt-cinq salariés) - les principales tendances correspondent à deux grandes problématiques. Deux questions que se posent les professionnels, lorsqu'ils s'intéressent aux nouvelles technologies. La première concerne les domaines de la communication et du marketing : l'usage du web social. Les très petites entreprises (TPE) s'interrogent sur la manière dont elles doivent se positionner par rapport aux médias sociaux. Cela soulève bien entendu de nombreuses questions qui sont loin d'être anodines : comment utiliser Facebook ou Twitter, comment faut-il s'adresser à tels ou tels publics ? etc. Avec une question sous-jacente à toutes ces interrogations : la gestion de la relation client. La deuxième grande question, c'est celle soulevée par le SaaS (Software as a Service). Les petites structures comprennent de plus en plus l'intérêt qu'elles peuvent y trouver.
Dans les deux cas, il s'agit donc de résoudre des problèmes très concrets ?
L'utilisation des technologies innovantes par les petites entreprises correspond nécessairement à des attentes précises, oui. C'est la raison pour laquelle les solutions doivent s'adapter aux besoins des professionnels, dans une logique très pragmatique. Les TPE n'ont pas le choix, elles doivent se concentrer sur leur cœur de métier. Cela explique le succès des solutions online aujourd'hui, où il est possible de tester rapidement les programmes, sans se soucier des questions techniques. On s'éloigne de plus en plus du technique pour tendre vers de l'usage immédiat. Cette approche séduit les petites entreprises. Tous les éléments sont là pour que les services proposés clés en main prennent de l'importance dans les années à venir. Même s'il y a plusieurs freins, comme la crainte de ne pas maîtriser la localisation des données, ou de rencontrer des problèmes infrastructurels, pour les entreprises présentes dans des zones enclavées par exemple.
L'utilisation des médias sociaux ne passe-t-elle pas par une phase d'expérimentation, malgré tout ?
La problématique n'est pas de créer simplement une page Facebook - dans ce cas, cela ne prend pas beaucoup de temps - mais de définir la manière dont l'entreprise veut communiquer avec ses clients. Pas seulement comment elle doit communiquer, mais comment elle désire s'adresser à ses publics. Il s'agit de construire une relation, d'établir un dialogue. Les petites entreprises comprennent bien que pour développer ce type de relation, il faut du temps, car elles ont déjà dû - par le passé - construire leur base client. Aussi est-il nécessaire d'adopter une optique de construction et de conversation. L'état d'esprit des responsables va grandement contribuer au succès ou à l'échec de ces initiatives.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas