Sony Ericsson enregistre un bénéfice et des parts de marché en hausse

Par 23 avril 2007

Le fabricant de téléphones portables Sony Ericsson, qui vient de publier ses résultats financiers pour le premier trimestre 2007, annonce un bénéfice net de 254 millions d'euros (362 millions avant impôt), contre 109 millions...

Le fabricant de téléphones portables Sony Ericsson, qui vient de publier ses résultats financiers pour le premier trimestre 2007, annonce un bénéfice net de 254 millions d'euros (362 millions avant impôt), contre 109 millions l'année précédente, soit une augmentation de 103%.
 
La co-entreprise issue du rapprochement entre le japonais Sony et le suédois Ericsson enregistre également un chiffre d'affaires de 2.92 milliards d'euros, en hausse de 46.8% (1.99 milliard au premier trimestre 2006).
 
Ces résultats sont néanmoins à nuancer. En effet, ils restent inférieurs aux attentes des analystes, qui tablaient sur un chiffre d'affaires de 3.08 milliards de dollars et, selon Reuters, sur un bénéfice imposable de 375 millions d'euros.
 
Au premier trimestre, le fabricant a vendu 21.8 millions de téléphones portables, contre 13.3 millions l'année précédente (+63.9%). Ce résultat lui permet de dépasser son concurrent LG,  qui doit se contenter de 15.8 millions d'unités cédées, mais reste inférieur au nombre de combinés écoulés au dernier trimestre 2006 (26 millions).
 
Cependant, la situation reste encourageante pour le constructeur. Sa marge opérationnelle atteint désormais 11.8%, contre 7.2% l'année précédente. Et le groupe, qui détenait 5.7% des parts de marché en 2006, en possède désormais 8.5%.
 
Selon Sony Ericsson, qui a constaté une croissance importante des ventes en Asie-Pacifique, en Amérique Latine et en Europe, l'augmentation de ses parts de marché est liée à la vente de téléphones à meilleur marché. Ces ventes ont fait chuter le prix de vente moyen d'un combiné de 146 euros fin 2006 à 134 euros actuellement.
 
"Globalement, ce sont des résultats corrects. Comme Nokia, Sony Ericsson a été capable d'améliorer sa rentabilité même s'il se concentre désormais sur des téléphones meilleur marché et ses volumes sont à peine sous les attentes", a précisé pour Reuters Hannu Rauhala, un analyste de OKO Bank à Helsinki.
 
Selon IDC, 254.6 millions de portables ont été vendus dans le monde au premier trimestre 2007, soit une hausse de 10% par rapport à l'année passée. Mais ces résultats, s'ils sont bons, marquent un ralentissement des ventes: en 2006, la croissance moyenne était de 20% par trimestre.
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 23/04/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas