Sony va supprimer 17 000 emplois.

Par 10 mars 1999

Nobuyuki Idei, le président de Sony, vient d'annoncer à Tokyo une vaste réorganisation des structures de son groupe entraînant la suppression, au cours des quatre prochaines années, de 17 000 empl...

Nobuyuki Idei, le président de Sony, vient d'annoncer à Tokyo une vaste
réorganisation des structures de son groupe entraînant la suppression, au
cours des quatre prochaines années, de 17 000 emplois, soit 10 % de ses
effectifs, grâce essentiellement à la réduction du nombre d'embauches.
Le développement des activités liées aux réseaux informatiques est placé
"au coeur de la stratégie de Sony".
Si les bénéfices dégagés par la console de jeux PlayStation, estimés à 160
milliards de yens (1,23 milliard d'euros) en 1998, représentent plus de 40
% des résultats consolidés pour à peine plus d'un dixième du chiffre
d'affaires du groupe, en revanche "plusieurs branches de Sony sont
déficitaires", notamment les semi-conducteurs, les mémoires, les
téléphones portables et les ordinateurs de bureau.
D'ici à 2003, Sony va ramener le nombre de ses usines dans le monde de 70
à 55. M. Idéi explique "avec la généralisation du numérique, la production
devient plus capitalistique et la productivité des usines s'accroît. D'où
les capacités de production excédentaires. Il s'agit d'une tendance
mondiale dans l'industrie électronique".
Les activités électroniques représentant les trois-quarts du chiffre
d'affaires, actuellement éclatées en dix divisions, sont particulièrement
touchées par cette réorganisation. Elles seront regroupées au trois
compagnies dotées d'une grande autonomie de gestion.
Rattachées actuellement au siège, les activités de recherche-développement
seront transférées à chacune de ces entités, à l'exception des projets à
long terme intéressant l'ensemble du groupe.
Sony Computer Entertainment constituera un quatrième pôle. Fabricant la
PlayStation, cette filiale sera désormais contrôlée à 100 % par le groupe
dont elle deviendra une "compagnie" interne, au même titre que celle en
charge de l'audiovisuel, de la micro-informatique ou des composants. Une
autre entité en charge du développement des réseaux numériques sera
directement rattachée au siège. M. Idei explique "cette nouvelle entité
sera chargée de développer les technologies de base pour les activités en
réseau. Le monde entre dans une ère de réseaux numériques qui va
révolutionner l'univers de l'électronique, car tout sera connecté. De plus
en plus, les entreprises et leurs clients seront reliés directement. Pour
un fabricant de matériel électronique, mais aussi de contenu, ce lien est
stratégique. La distribution de musique par Internet, par exemple, va
devenir très importante pour nous. Le développement des réseaux est donc
au coeur de notre stratégie".

Le Japon, l'Asie les Etats-Unis et l'Europe sont touchés par cette vaste
restructuration. Secrétaire général de Sony France, Philippe Poels
explique "le plan annoncé tend à faire entrer Sony dans l'ère numérique.
L'Europe n'est pas ou peu menacée par ces restructurations car le marché
de l'électronique grand public y est encore porteur".
"Dans les prochaines semaines", le président de Sony Europe devrait
dévoiler la manière dont le plan sera appliqué en Europe. Les usines
européennes ne devraient toutefois pas être menacées, des mesures ayant
déjà été prises.
(Le Figaro - les Echos - La Tribune - Libération - 10/03/1999)

_____________________________________________________________________________________

Christine Weissrock GIE Atelier de veille technologique
e-mail: cweissrock@atelier.fr
00 01 30 07 50 38 Fax. 00 01 30 07 50 39
Dirigé par Jean-Michel Billaut, l’Atelier, cellule de veille technologique
de Paribas, dispose d’un BBS (le Babillard de l’Atelier) ouvert
gratuitement à ses abonnés, d’un Web (http://www.atelier.fr) et organise
des ateliers pour ses abonnés.
Jean-Michel Billaut dirige également la publication du “Journal de
l’Atelier” vendu par abonnement, diffusé par les Editions La Pérouse.
L’abonnement à ce journal donne accès aux ateliers. (Pour obtenir un
spécimen, merci d’en faire la demande à Danièle Pellemeule ( 00 01 45 01
72 96 e-mail dpellemeule@atelier.fr).

La revue de presse française que nous éditons sur le Babillard de
l’Atelier est pour
l’instant libre de droit. Merci de nous informer de vos diffusions et
d’indiquer la source.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas