Sony veut conserver son avantage dans le minidisc.

Par 30 septembre 1998

Ayant permis à Sony de connaître sa notoriété mondiale, le baladeur (walkman) passera l’an prochain les 200 millions d’unités vendues à travers le monde. Toutefois, il faut maintenant passer à d’aut...

Ayant permis à Sony de connaître sa notoriété mondiale, le baladeur
(walkman) passera l’an prochain les 200 millions d’unités vendues à
travers le monde. Toutefois, il faut maintenant passer à d’autres supports
mieux adaptés à l’univers numérique.
Le vice-président, Shizuo Takashino n’hésite pas du reste à affirmer que
“le lecteur enregistreur de minidisc” constituera les plus grosses
ventes de fin d’année.
Ce support lancé en 1992 connaît face à la DCC (Digital Compact Cassette)
de Philips des débuts difficiles. En 1997, il s’est vendu 1 million de
lecteurs de salon ou baladeurs dédiés au minidisc en Europe.
A la fin du premier trimestre de l’exercice 1998/99, les ventes de
produits audio ont progressé de 11,5 % dont la plus grande part a été
réalisée par le minidisc.
Shizuo Takashino estime à 10 millions le nombre d’unités, portables ou
non, qui seront vendues au niveau mondial, toutes marques confondues, pour
l’exercice en cours. Avec 6 millions d’unités, le Japon arrivera sans
surprise en tête, suivi de l’Europe (2,5 millions dont 300 000 pour la
France) et les Etats-Unis (1 million).
80 % des équipements vendus en Europe permettront l’enregistrement “les
cultures sont différentes, les Européens enregistrent volontiers depuis
leur lecteur de CD (la croissance des équipements portables et d’ailleurs
très forte en Europe), tandis que la moitié des utilisateurs japonais
préfèrent les supports préenregistrés. Aux Etats-Unis, marché identique au
nôtre, les ventes de minidiscs ont également du mal à décoller en raison
des fortes baisses du prix des Compact Discs”.

En vidéo, les ventes d’appareils photos numériques, camescopes analogiques
et numériques enregistrent une croissance annuelle de 25 %.
Sony estime avoir vendu son appareil photo numérique Mavica à 600 000
exemplaires en Europe, pour 1 million aux Etats-Unis. Pour leur part, 1,3
million de Japonais en sont déjà équipés. Le numérique n’a représenté que
15 % des ventes en Europe, contre 80 % au Japon “le marché mondial du
camescope analogique et du 8mm est encore très porteur”.

Mais le numérique étend peu à peu son emprise. Dans quelques jours, Sony
va lancer en France sa gamme VIAO (Video Audio Integrated Operations).
(La Tribune - 1er/10/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas