Le soutien psychologique passe aussi par le chat

Par 04 décembre 2008 1 commentaire
Mots-clés : Smart city, Europe

La mise en place d'une plate-forme de messagerie instantanée où des jeunes ayant des problèmes socio-émotionnels ont pu se livrer et bénéficier de conseils souligne les bénéfices de ce mode de communication.

La messagerie instantanée constitue un moyen privilégié pour jeunes en difficulté de verbaliser leurs problèmes et de bénéficier d'un support psychologique. Telles sont les premières conclusions d'un projet pilote menée aux Pays-Bas par le Utrecht Youth Office. Ce dernier a en effet mis en place une plate-forme de chat intitulée SHIT pour SHare in Trust sur laquelle les enfants et les adolescents souffrant de problèmes socio-émotionnels ont pu en discuter avec des personnes à peu près du même âge qu'eux. Recrutés dans des lycées, ces conseillers juniors ont d'abord reçu un entraînement au cours duquel on leur a appris à diriger des conversations sur des sujets parfois sensibles. Ils étaient ensuite supervisés par un psychologue professionnel. Selon Ruben Fukkink, un chercheur à l'université d'Amsterdam, l'expérience a prouvé que le chat pouvait bel et bien avoir des vertus thérapeutiques.
Violence, amour, sexualité
"Ces échanges ont permis de réduire le degré de sévérité avec laquelle certains jeunes en détresse se percevaient eux-mêmes. Sur le moment au moins, ils diminuaient le stress des participants". La majorité des sujets abordés étaient relatifs à la violence, qu'elle soit seulement physique ou sexuelle (plus de 20 %). Les relations sentimentales et amoureuses constituaient la seconde préoccupation. Les problèmes familiaux, l'auto-mutilation, les complexes physiques ou la sexualité faisaient aussi partie des discussions. Il faut certes rester prudent quant aux effets bénéfiques observés. "L'expérience mise en place s'est faite à petite échelle : dix volontaires et quatre-vingt jeunes en difficulté." "Il ne faut donc en tirer des conclusions trop hâtives." C'est la raison pour laquelle l'équipe de SHIT souhaite désormais reproduire le projet à grande échelle.
Aller là où les jeunes se trouvent
Autre idée : mettre en place un site web interactif où les jeunes pourront choisir le type de personne avec laquelle ils souhaitent discuter en fonction du genre de problème qui les taraude. "Le principe est le même que les numéros de téléphone type SOS. La différence, c'est qu'il est plus facile d'atteindre les jeunes via le chat et Internet. Il faut s'adapter à l'époque. Il ne s'agit pas de dire que ces nouveaux moyens de communication vont régler tous les problèmes. Mais seulement qu'ils peuvent constituer un supplément très utile à d'autres types de prise en charge". La remarque ne vaut d'ailleurs pas uniquement pour les enfants et les adolescents. La télémédecine permet déjà de consulter des praticiens à distance. A quand la psychothérapie sans quitter son divan en vidéo-conférence ?

Haut de page

1 Commentaire

je veux que l'on me dise comme detacher un jeu quand on est accroc

Soumis par maximedh (non vérifié) - le 18 janvier 2010 à 01h06

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas