Le spam sur téléphones portables : il avance, avance, avance...

Par 19 février 2004
Mots-clés : Smart city, Europe

Bientôt, la journée de tout un chacun commencera par la destruction des spams reçus sur sa messagerie électronique... et sur son téléphone portable. Selon une récente étude d'Empower Interactive,...

Bientôt, la journée de tout un chacun commencera par la destruction des spams reçus sur sa messagerie électronique… et sur son téléphone portable. Selon une récente étude d’Empower Interactive, société britannique spécialisée dans les technologies de l’information, 65 % des propriétaires de téléphone portable en Europe déclarent recevoir jusqu’à cinq SMS non sollicités par semaine.

Les consommateurs ne sont pas au bout de leurs peines, puisque selon la même société, le phénomène devrait nettement s’accélérer ces prochaines années. Sauf que dans le cas du spam par SMS, les usagers sont beaucoup moins tolérants que pour le spam par e-mail. Déjà, au Royaume-Uni, plus de 10.000 plaintes pour spam ont été recueillies par l’autorité britannique compétente dans le domaine de la communication, l’Independent Committee for the Supervision of Standards of Telephone Information Services.

Qui va protéger les consommateurs ? Il se pourrait bien que les gouvernements aient un rôle à jouer au cœur de cette mission. Les législateurs américains réfléchissent à un durcissement de la protection de la vie privée, au moment où un groupe d’opérateurs travaille discrètement à la constitution d’un annuaire recensant tous les numéros de téléphones portables.

Pour l’heure, autant tenter de se protéger soi-même. En évitant d’avoir recours à certains services de téléchargement de sonneries ou de s’abonner à des flashs d’information, des offres promotionnelles, etc. D’autant que selon les experts, il est probable que des virus très puissants fassent d’énormes dégâts sur les téléphones portables.

(Atelier groupe BNP Paribas – 19/02/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas