Sprite Yard teste le mobile communautaire

Par 02 janvier 2008
Mots-clés : Smart city

Coca-Cola expérimente l'application du concept de réseau social sur le mobile, ce dans une optique marketing. La faculté à fédérer ainsi que la concurrence sont au coeur des enjeux de ce créneau émergeant.

(cliquez pour agrandir)
La route vers le réseau social mobile comme levier marketing est pavée d'obstacles. En atteste le lancement "expérimental" de Sprite Yard, l'espace communautaire créé par Coca-Cola il y a environ six mois. Cette plate-forme, qui permet à ses utilisateurs de se créer un réseau d'amis et d'échanger avec celui-ci sous de multiples formes, est révélatrice des difficultés qui président au développement de réseaux sociaux sur mobiles, selon le Forrester. Pour le cabinet d'analyse comme pour Isobar, l'agence marketing impliquée dans ce projet, les problématiques liées au contenu et à la construction du réseau, sont centrales.
Un réseau de taille
Rappelons que Sprite Yard est destiné à assurer la promotion de la boisson citronnée auprès d'une audience jeune. L'expérimentation de cette plate-forme menée par Isobar met notamment en exergue la nécessité de fournir à cette catégorie de population des contenus nouveaux et si possible uniques. Un enjeu qui se traduit par un travail de ciblage et surtout de mise à jour régulier, précise l'agence. Autre point important pour construire un réseau social mobile : prendre en compte ce qui se fait déjà sur les réseaux existants. Pour être un levier efficace, un réseau social doit en effet atteindre une taille critique. Dans ce cadre, les équipes de Sprite Yard se sont notamment vues recommander de chercher à intégrer leur plate-forme à des réseaux tels que MySpace ou Facebook.
Se différencier des poids lourds du web
Ces réseaux sociaux de renom sont d'ailleurs déjà présents sur le mobile. Fort de ce constat, les acteurs souhaitant investir ce créneau du téléphone portable se trouvent dans une obligation de se différencier, notamment via la création de nouvelles applications, soulignent Isobar et le Forrester. Dans le contexte d'une adoption du web mobile relativement limitée, le cabinet d'analyse incite également les marqueteurs à expérimenter ce type de plates-formes mobiles tout en restant réalistes quant à leurs objectifs. A l'évidence, le taux de clic enregistré sur le web n'est pas encore de mise à l'échelle mobile.

L’Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas