Steria signe ses premiers contrats via des technologies de biométrie

Par 15 janvier 2004
Mots-clés : Smart city, Europe

La biométrie en Europe, ce n'est plus du tout de la science fiction ! Ces technologies qui permettent de reconnaître un individu grâce à la numérisation de différents critères physiologiques...

La biométrie en Europe, ce n’est plus du tout de la science fiction ! Ces technologies qui permettent de reconnaître un individu grâce à la numérisation de différents critères physiologiques (empreintes, rétine de l’œil, disposition des traits faciaux…) vient par exemple d’être adoptée par le département d’investigation criminelle de Bavière, qui a choisi la solution de biométrie FIT (Fingerprint Image Transmission) de l’intégrateur Steria. Pour vérifier l’identité de suspects, cette dernière permet de transmettre des empreintes digitales et d’autres données biométriques, comme les visages ou les signatures, à des bases de données nationales dans un environnement hautement sécurisé. Ce projet fait suite à la mise en oeuvre par Steria du projet Eurodac (gestion biométrique des demandes d’asile pour la Commission Européenne et 14 pays de l’Union européenne), ainsi que du système de reconnaissance faciale biométrique pour la police de la région de Grampian en Ecosse. La solution FIT sera mise en œuvre dans les locaux de la police bavaroise, ainsi que dans 80 sites et intégrera FIT dans le système d’information INPOL utilisé par la police. Le projet doit permettre aux policiers du département d’identification et d’enregistrement de travailler de manière plus fluide et d’accélérer la transmission de données vers le Bureau d’Investigation Fédérale, de manière à lutter contre le crime organisé et les réseaux terroristes. La grande majorité des bureaux du département d’identification et d’enregistrement de la police bavaroise géreront à l’avenir leurs dossiers sans papier grâce à des scanners spéciaux, utilisés pour enregistrer les empreintes digitalisées de suspects. Les empreintes sont ensuite classifiées par les officiers de police dans le système INPOL et dans le casier judiciaire de la personne concernée. La solution FIT a été également adaptée en coopération avec des experts pour enregistrer et évaluer des empreintes digitales en provenance du département d’investigation criminelle et du siège de la police de Moyenne Franconie. Une nouvelle interface avec la base de données centrale AFIS (Automated Fingerprint Identification System) a été développée parallèlement, permettant de transférer les données au Bureau Fédéral en quelques secondes. Pour des infos plus générales : cliquer ici (Atelier groupe BNP Paribas – 15/01/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas