Steve Ballmer souhaiterait-il enterrer Google ?

Par 05 septembre 2005

Pas content, Steve ! A propos d'Eric Schmidt, president de Google, Steve Ballmer aurait vociféré : ''I'm going to fucking bury that guy, I have done it before, and I will do it again''. ''I'm...

Pas content, Steve ! A propos d'Eric Schmidt, president de Google, Steve Ballmer aurait vociféré : "I'm going to fucking bury that guy, I have done it before, and I will do it again". "I'm going to fucking kill Google." (Je vais enterrer ce mec, je l'ai déjà fait et je le referai. Je vais tuer Google.)
C'est par ces mots que Steve Ballmer, CEO de Microsoft, aurait accueilli l'annonce du départ d'un de ses employés chez Google en décembre dernier. Cette tirade homérique a été rapportée par Google dans le procès qui l'oppose au géant de Redmond pour recrutement abusif ( lire l'article ).
L'employé en question s'appelle Mark Lucovsky. Il avait la responsabilité du développement technologique de Windows et de la fameuse plate-forme .Net. Dans une déclaration assermentée présentée au tribunal de Washington la semaine dernière, celui-ci raconte son entrevue épique avec Steve Ballmer, lorsqu'il est venu remettre à ce dernier sa démission.
Il explique qu'il a rencontré le CEO de Microsoft le 11 novembre 2004 pour discuter des modalités de sa démission. Lors de la conversation, Ballmer se serait soudainement exclamé : "Dites moi juste que ce n'est pas [pour aller chez] Google !". C'était le cas...
Steve Ballmer se serait alors emporté et aurait jeté une chaise à l'autre bout de son bureau avant de s'écrier, parlant d'Eric Schmidt : "Je vais enterrer ce mec, je l'ai déjà fait et je le referai. Je vais tuer Google". Il aurait ensuite essayé de persuader Lucovsky de rester chez Microsoft, qualifiant Google de "château de cartes".
Steve Ballmer a démenti avoir tenu ces propos. S'il confirme avoir fait pression sur son ex-employé, il nie s'être emporté à ce point. Pour expliciter un peu mieux le ressentiment de Steve Ballmer à l'égard d'Eric Schmidt, rappelons que ce dernier a notamment été le CEO de Novell, firme avec laquelle Microsoft a eu quelques heurts par le passé...
A ce sujet, lire aussi :

Le règlement d'un litige avec Novell coûte cher à Microsoft, qui révise son bénéfice net (09/11/2004)
Novell attaque Microsoft de nouveau (16/11/2004)
(Atelier groupe BNP Paribas - 05/09/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas