La stratégie des entreprises concerne de plus en plus les DSI

Par 25 mai 2011
Mots-clés : Smart city, Europe
Information

Les responsables informatiques sont désormais aussi recherchés pour leur capacité à aider l'entreprise à adopter les outils 2.0 et modifier leurs schémas de collaboration.

Le rôle du Directeur des Systèmes d'Information ne s'arrête plus à l'aspect technique, on en parle depuis longtemps. Mais il semble que la mutation soit véritablement en train de se faire : selon le baromètre CSC des tendances et des perspectives des directions informatiques européennes*, pour près des trois quarts des directeurs informatiques interrogés, l'évolution la plus marquante de ces dernières années est leur implication croissante dans la stratégie de l'entreprise. Ces dernières, poussées par la crise, ont en effet commencé à regarder sérieusement du côté de solutions leur permettant de rendre leur entité plus agile et réactive, sans coûts prohibitifs. Et, rappelle le rapport, cette transition est facilitée par le fait que les DSI sont les plus à mêmes d'aider l'entreprise à adopter des outils qui eux sont parfaitement maîtrisés par le public. "Nous avons affaire à quelque chose d’assez inédit", confirme ainsi à L'Atelier Yvan Leplat, responsable informatique chez Epson.

Des DSI indispensables à la migration

"Ce sont les entreprises qui s’inspirent de l’usage des réseaux sociaux par les particuliers pour développer leur activité". Autre chose : les collaborateurs issus de la génération Y sont de plus en plus nombreux dans les sociétés. Or ces professionnels sont adeptes et maîtrisent en règle générale outils 2.0 et réseaux sociaux, et sont donc en attente de leur popularisation au sein de leur entreprise. Du coup, pour près de 80 % des interrogés, les responsables informatiques sont désormais attendus sur leur leadership en matière d'innovation et de création de valeur par les nouvelles technologies. Une attente à laquelle ils sont bien disposés : pour plus de la moitié des participants, le déploiement des technologies de la mobilité est ainsi considéré comme une priorité. "Pour s’imprégner de l’innovation et s’adapter aux utilisateurs 2.0, tout est une histoire de gouvernance dans un  processus collaboratif qui passe par la compréhension mutuelle des métiers".

Des problèmes de coûts et de risques ?

Voilà ce que note sur le sujet Ahmed Bennour, directeur des systèmes d'information d'Areva. "Et cela tout en réaffirmant la position de l’informatique dans l’entreprise", ajoute-t-il.Reste que pour développer les innovations, plus de 60 % des DSI considèrent la contrainte budgétaire comme le principal frein en 2011, alors qu’ils n’étaient que 47 % à le penser en 2010. Trois DSI sur 10 estiment aussi que l’obstacle majeur de leurs investissements dans l’innovation est sa maîtrise difficile, comme le défi du cloud computing, qui pose effectivement des challenges en termes notamment de sécurité et de protection des données. Tout n'est pas gagné non plus du côté des entreprises : 80 % devraient ne toujours pas appliquer d'approche cohérente de l'information circulant dans les médias sociaux d'ici 2015.

*Baromètre mené en collaboration avec TNS Sofres et en partenariat avec BFM Business et 01 Informatique.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas