Stress : quand la nature est plus bénéfique que la technologie

Par 07 juillet 2008 3 commentaires

Observer un coin de verdure par la fenêtre est plus reposant que de regarder le même paysage sur un écran plasma. Avec ses études sur le stress, l'Université de Washington montre les limites du tout technologique.

La technologie peut-elle dans tous les cas se substituer à la nature ? Apparemment non. C'est du moins ce que démontre une étude menée par l'Université de Washington et son laboratoire d'observation des interactions humaines avec la nature et les systèmes technologiques. Cette enquête avait pour objectif d'observer l'impact de l'observation d'un paysage par la fenêtre par un sujet soumis au stress. Un effet comparé avec l'exposition à un écran plasma haute définition représentant la même scène. Or il s'avère que regarder la nature permet aux individus de baisser leur rythme cardiaque et de diminuer les effets du stress beaucoup plus rapidement que lorsqu'ils sont confrontés au même paysage retransmis à travers un écran. En fait, l'écran plasma n'a pas plus d'effet sur le stress qu'un mur blanc. Afin de comparer la réaction à la nature à celle que l'on a face à sa représentation technologique, les chercheurs ont étudié quatre-vingt dix étudiants.
Moniteurs et caméra détectent le stress
Ils ont demandé à ces derniers de se rendre individuellement dans une salle et d'effectuer quatre travaux intellectuels. Les participants étaient divisés en trois groupes : les membres du premier avaient dans leur salle une fenêtre avec vue sur le campus et une belle perspective sur des arbres et des fontaines. Les participants du second avaient dans leur salle un écran représentant le même paysage. Enfin ceux du troisième avaient comme seul décor un mur blanc. Chaque participant était relié à un moniteur cardiaque, et une caméra fixée au mur de la pièce traquait les mouvements effectués par ses yeux. Les chercheurs ont ainsi analysé la façon dont la scène regardée par les étudiants les aidait à se calmer et à diminuer leur niveau de stress. Des mesures surtout effectuées dans les soixante secondes suivant les instructions données par les chercheurs : la minute où les étudiants avaient un rythme cardiaque le plus élevé. Conclusions : les étudiants qui avaient un écran plasma sous les yeux le regardaient aussi souvent que ceux ayant devant eux une fenêtre.
La "vraie nature" est plus efficace
Cependant, la fenêtre retenait plus longtemps l'attention des candidats, et au final, observer la nature au dehors leur a permis de ralentir leur rythme cardiaque très rapidement. "La technologie est évidemment positive et nous aide quotidiennement, mais cette expérience nous montre qu'elle ne peut pas tout remplacer", commente Peter Kahn, professeur de psychologie, membre du projet. "Nous avons de moins en moins d'expériences directes avec la nature", continue-t-il. "Les enfants qui ont été élevés entourés de nouvelles technologies découvrent le monde via Discovery Channel et Animal Planet. Ce qui est certes mieux que rien. Mais ils ne profitent pas des bénéfices directs de la vraie nature". Il conclut en expliquant que les interactions avec cette dernière, et les effets positifs qu'elles ont sur notre bien être ne doivent pas à l'avenir être remplacées par celles avec une nature technologique, certes toujours plus avancée, mais décidément moins bénéfique.

Haut de page

3 Commentaires

"La technologie est évidemment positive et nous aide quotidiennement, mais cette expérience nous montre qu'elle ne peut pas tout remplacer

Soumis par Sinema izle (non vérifié) - le 14 juillet 2009 à 11h38

L'Atelier BNP Paribas lol :)

Soumis par kayseri yurt (non vérifié) - le 14 juillet 2009 à 11h39

Document very successful. But a little more detailed information should be.

Soumis par çene yapısı (non vérifié) - le 11 février 2010 à 14h47

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas