Le stylet pour écran tactile devient lui aussi tactile

Par 18 août 2008

Une équipe de chercheurs coréens a conçu un stylet qui véhicule des informations au travers de vibrations ou encore via de légers impacts.

Une équipe du centre de recherches Etri (Electronics and Telecommunications Research Institute) en Corée a conçu un stylet qui renvoie des stimuli à l’utilisateur. Il reflète ce qui se trouve à l’écran ou les actions effectuées. Les chercheurs de l’ETRI l’ont présenté lors du salon Siggraph qui se tenait la semaine dernière à Los Angeles. Le wUbi-Pen communique avec l’ordinateur via la technologie sans fil Bluetooth. Pour générer les stimuli, il est équipé d’un vibreur semblable à ceux qui équipent les téléphones mobiles ainsi que d’un générateur d’impacts verticaux, qui rendent bien par exemple la sensation de clic. Ces dispositifs sont placés près de l’emplacement des doigts sur le stylet, de façon à ce que de légers stimuli suffisent. Cela limite la consommation d’énergie. Le stylet est équipé d’une batterie rechargeable Lithium-Polymère (Li-Po) et son autonomie est estimée à environ trois heures d’utilisation continue.
De légères sensations d'impact rendent les interactions plus naturelles
Nombre d’applications sont envisageables. L’une des démonstrations présentées au Siggraph portait sur l’enrichissement de l’interface graphique d’un environnement fenêtré. Maximiser une fenêtre Windows s’accompagne par exemple d’une courte vibration, tandis que la déplacer ou la redimensionner génère de petits impacts comme en présence d’une grille invisible. Cela permet de doser plus facilement les mouvements du stylet et de gagner en précision. "Lorsque l’on ressent le moindre déplacement, il devient plus facile de positionner des objets au pixel près", souligne Ki-Uk Kyung, l’un des chercheurs ayant travaillé sur le projet. L’équipe a également montré un exemple de logiciel de dessin interactif pour enfant, qui propose entre autres de suivre le tracé d’un dessin. Le type de sensation transmise par le stylet change dès que l’on sort des balises. Le stylet peut aussi vibrer d’une intensité proportionnelle à la vitesse de déplacement.
Une zone tactile sur le stylet transcrit le noir et blanc pour les malvoyants
Un autre prototype de taille légèrement supérieure est de surcroît doté d’une petite zone d’affichage tactile correspondant à l’emplacement de l’index, destinée aux personnes malvoyantes. Cette zone comporte neuf fines pointes positionnées selon une grille de trois par trois, perpendiculairement à la surface. Chacune peut être entièrement rétractée, partiellement ou entièrement sortie, auquel cas elle dépasse d’un millimètre. La démonstration faite au Siggraph transcrivait des formes en noir et blanc. La zone de l’écran touchée par le stylet était découpée en neuf cases de quelques pixels correspondant aux neuf pointes de la zone tactile du stylet. La couleur dominante de chaque case était représentée par une pointe : complètement sortie pour une zone noire, complètement rétractée pour une zone blanche, ou partiellement rétractée selon la nuance de gris. Les prototypes de stylets montrés lors de ces démonstrations mesurent une vingtaine de centimètres. "Dans un ou deux ans, nous serons capables de miniaturiser le stylet de façon à ce qu’il équipe un PDA ou un smartphone", estimeKi-Uk Kyung. Ce stylet n’est pas encore commercialisé. L’équipe de l’ETRI recherche des partenaires industriels.
Annabelle Bouard, envoyé spécial de L'Atelier à Los Angeles

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas