Le succès du e-learning passe par une communauté forte et plus de présentiel

Par 20 avril 2015
Le sens de la communauté pour améliorer le e-learning

Deux chercheurs ont essayé d’intégrer du présentiel en plus des cours en ligne pour un groupe d’étudiants. Leur conclusion ? Pour un meilleur apprentissage, les élèves ont besoin d’un sens de la communauté fort.

Que se passe-t-il lorsque l’on intègre du présentiel à des cours dispensés exclusivement en ligne ? C’est un peu la question de départ qui a conduit les recherches de Maryan Tayebinik et Marlia Putech de l’Universiti Teknologi de Malaisie. Les deux chercheurs ont étudié les attentes et les progrès d’un groupe d’une cinquantaine d’étudiants iraniens une fois que leurs cours en ligne ont été doublés par une présence en classe. Selon leur étude, la clé de la réussite pour le e-learning combiné à des cours physiques réside dans un sens de la communauté fort.

42 % des étudiants interrogés avaient une haute perception de leur communauté. Un chiffre obtenu après la mise en place de cours en classe doublant l’apprentissage en ligne. Tout porte donc à croire que l’association de ces deux modes d’éducation a un effet positif sur ce sens de la communauté qui motive les étudiants. Cependant les chercheurs ne fournissent pas de données avant la mise en place de la formation double. On a donc du mal à estimer le changement une fois les cours « hybrides » mis en place.

Les réponses les plus fréquentes des étudiants après la mise en place des cours en classe.

Reste que le sens de la communauté améliore l’apprentissage. Maryan Tayebinik et Marlia Putech ne sont pas les premiers à le souligner mais ils sont les premiers à le mesurer pour les formations doubles (en ligne et en classe). Dès 2007, deux universitaires italiens pointaient la grande défaillance selon eux du e-learning seul : l’absence de sens de la communauté. Ils expliquaient alors à quel point un groupe d’élèves se motivait, s’entre-aidait, se soutenait, bref s’améliorait ensemble. Sans compter que le tête à tête avec le professeur et ses retours directs rend le cours plus efficace que la seule présence virtuelle.

La solution passerait-elle donc par la combinaison des classes en ligne et physiques ? C’est ce que suggère les deux chercheurs malaisiens. Cela étant cette solution fait perdre l’avantage crucial qu’avait le e-learning : son accessibilité qui faisait fi de la distance. Peut-être la solution tient-elle dans l’analyse des émotions pour les transmettre au professeur à distance, comme tentent de le faire des spécialistes du langage en Espagne.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas