Je suis un parasite v3, mais à ce niveau-là, on s'approche du symbiote

Par 22 juin 2009
Mots-clés : Amérique du Nord

Le symbiote, c'est par exemple un champignon. C'est aussi un début de religion dans Hyperion de Dan Simmons. C'est aussi un blogueur : il squatte une marque qui lui apporte rétribution contre des écrits. La marque obtient elle une image qu'elle ne pourrait jamais avoir par ses propres publicistes (rappelez-vous lesaffaires de faux posteurs comme récemment à Montréal pour le Bixi).

Après avoir squatté les offices du tourisme pour visiter des attractions, des barrières de corail et que sais-je encore, les blogueurs vont trouver avec les doigts en beurre une autre occasion de faire, leur beurre justement, pour financer leurs vacances. Alors, que faut-il faire pour mettre du beurre dans ses épinards ? Que les "Digital Dudes and/or Divas" parlent des Butterfinger avec du "Tweet, Text, Post, Vlog, Blip, Flickr, Digg". Oui, je sais, c'est lamentable; c'est atterrant.

Que sont donc ces butterfinger ? On peut imaginer sans recherche qu'ils sont aux Twix (ex-Fingers, deux doigts coupe faim) ce que Dr. Pepper est à l'Orangina. Une abomination, une aberration. Voilà, les Américains majeurs qui habitent Atlanta, Chicago, Los Angeles et New York peuvent postuler sur Yahoo ! Hot Jobs. Ils devront fournir des CV complets en précisant leur habileté sur les medias sociaux, écrire un pitch à la twitter qui décrit pourquoi ils aiment les Butterfinger.

Attention, la maison ne fournit pas les appareils technologiques qui font des images. Pour plus d'info, l'inévitable adressse sur Facebook. Pour ceux qui n'auront pas été retenu, un lot de consolation : écoutez straight up dé-Paula Abdulisée par les Québécois de The Lost fingers, "Is it gonna be you and me together oh oh oh, are you just having fun"

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas