La superposition camoufle l'image secrète

Par 28 avril 2010
Mots-clés : Smart city, Moyen-Orient

Séparer un cliché en trois couches de couleurs à intégrer dans trois photos différentes permet de transmettre de manière fiable une image. Il suffit ensuite d'extraire et d'assembler les strates.

Pour transmettre une image secrète d'un émetteur à un récepteur de manière sécurisée, pourquoi ne pas faire jouer la transparence ? Voici la question que pose un chercheur du College of Science de l'université américaine de Sulaimani, à Bagdad. De telles méthodes existent d'ores et déjà pour des données transcrites, ou pour des images en noir et blanc. Mais cette fois, le système mis au point par le scientifique s'applique aux clichés en couleur. L'algorithme utilisé permet dans un premier temps de décomposer l'image originale - celle qui doit être transmise secrètement - en trois couches.
Extraire plusieurs composantes colorées de l'image
Chacune représentant une couleur primaire : le cyan, le magenta et le jaune. Le système atténue ensuite les pixels de ces clichés, de sorte que leur contour soit dilué au maximum. Et qu'à l'œil nu, on ne perçoive que trois carrés unicolores. L'étape qui suit consiste à intégrer ces trois composantes dans trois images qui représentent tout à fait autre chose. Mais dont le récepteur va pouvoir extraire les couches de la photo principale. En superposant ces trois couches, il pourra obtenir l'image secrète que son destinataire cherchait à lui transmettre.
Sécuriser la transmission de l'image
L'avantage étant qu'un pirate qui parviendrait à intercepter l'une de ces images ne pourrait en aucune façon l'utiliser pour reconstituer l'originale. Point important : pour que le système fonctionne, l'image principale doit être inférieure ou égale en taille à celles utilisées pour la transcoder. Et le chercheur précise que l'algorithme proposé ne convient qu'aux images dont le contraste est suffisamment élevé, ce qui exclut les clichés trop sombres, en particulier.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas