Les systèmes anticopies des CD dans la ligne de mire des associations de consommateurs

Par 28 mai 2003
Mots-clés : Smart city

La loi française stipule que les utilisateurs peuvent reproduire leurs CD ou DVD, comme leurs cassettes audio, au titre de copies privées. Les systèmes anticopies, qui se multiplient pourtant sur ...

La loi française stipule que les utilisateurs peuvent reproduire leurs CD ou DVD, comme leurs cassettes audio, au titre de copies privées. Les systèmes anticopies, qui se multiplient pourtant sur les CD audio, provoquent la colère des associations de consommateurs.

Le ton s’est durci récemment, UFC-Que Choisir ayant déposé plusieurs plaintes pour marquer sa volonté de faire respecter la loi. Des procédures en justice ont donc été engagées contre les maisons de disques EMI Music France et Warner Music France, mais également contre les distributeurs Auchan et la Fnac. Les systèmes de protection des CD sont censés empêcher la duplication des œuvres sur un ordinateur, afin d’éviter qu’elles ne soient par la suite diffusées sur les sites d’échanges en ligne.

UFC-Que Choisir dénonce non seulement le côté illégal de cette pratique, mais elle s’appuie également sur des plaintes de consommateurs pour mettre en avant les dysfonctionnements que ces dispositifs provoquent. Certains CD bloqués ne seraient plus lisibles sur des appareils de lecture, comme les ordinateurs ou les autoradios.

Les consommateurs pourraient donc assimiler ces systèmes anticopies à des vices cachés. Mais le gouvernement semble sur le point de faire un pas en direction des professionnels de la musique, puisqu’un projet de loi légalisant les systèmes de protection contre la copie est en préparation. Les associations de consommateurs tentent de faire revenir les ministres sur leur décision afin qu’ils modifient leur projet de loi en leur faveur.

(Atelier groupe BNP Paribas – 28/05/03)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas