Systèmes d'information : prévoir le pire facilite les modifications

Par 20 septembre 2011
Mots-clés : Smart city, Amériques, Asie, EMEA
systèmes d'information

Afin de vaincre la réticence des managers informatiques à améliorer les solutions de partage de données de leurs entreprises, le MIT propose de simuler à l'avance ces changements pour anticiper les possibles dysfonctionnements engendrés

Les  managers des technologies de l'information au sein des entreprises sont parfois réticents à adopter de nouveaux systèmes de partage d'informations. Et ce notamment pour la raison qu'ils craignent une déstabilisation du réseau préexistant en cas de modification de celui-ci. Des chercheurs du MIT proposent toutefois une solution: celle-ci consiste en la mise au point d'un logiciel capable de prévoir l'effet de n'importe quelle modification. D'après eux "un crash du système peut coûter des millions à une entreprise. En simulant à l'avance les changements, il devient possible de prévoir et d'éviter tout dysfonctionnement". Le logiciel est en fait une sorte de simulateur. Il dispose ainsi dans sa base de données des caractéristiques du réseau établi. Lorsqu'une modification doit être effectuée, elle est d'abord insérée dans le logiciel.

Simuler la modification pour mieux cerner ses conséquences

Celui-ci va alors tester toutes les opérations, toutes les interactions possibles dans le cadre de l'utilisation du système d'informations (ouverture de dossiers, sauvegarde, partage...) en prenant en compte les changements effectués. Ainsi, tout lien corrompu entre deux dossiers, toute fonction détériorée sera immanquablement repérée. Ce qui rendra possible une amélioration en amont, et permettra d'éviter le même problème lors de la mise en action de la modification en question. Autre fonction du logiciel: prévoir les effets que peut avoir une attaque informatique, ou un crash du réseau sur les données et les opérations effectuées.

Un système au mode de fonctionnement peu spécifique, donc généralisable

Bien évidemment, plus le réseau étudié est important, plus la tâche est complexe. Pour éviter de multiplier à l'infini les opérations à effectuer, les chercheurs se sont basés sur des axiomes permettant de simplifier la tâche. Certaines applications sont ainsi considérées comme ayant un mode de fonctionnement invariant. Soulignons que du fait de son mode de fonctionnement assez semblable quel que soit le réseau analysé, il est possible de généraliser aisément son application à diverses entreprises présentes dans différents secteurs.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas