"T'avais qu'à prendre le métro !"

Par 02 novembre 2011
mad driver

Quiconque habite dans une grande zone urbaine connaît une joie à nulle autre pareille : parvenir à garer sa voiture.

Rien de plus délicieux que de faire 25 fois le tour du pâté de maisons pour trouver une place libre et de se la faire sucrer au dernier moment par un badaud qui vient d'arriver. Pour éviter que les rues des villes ne se transforment en un remake grandeur nature de Carmageddon (et oui, je fais référence à des jeux old school sortis il y a pratiquement 15 ans et auxquels je n'avais certainement pas légalement le droit de jouer à l'époque), des chercheurs de l'université de Tel Aviv ont eu une idée brillante.

ParkAgent est un simulateur virtuel qui modèle le challenge incroyable du parking dans une ville donnée en prenant en compte tout un tas de paramètres (nombre d'habitants, de voitures, disposition des routes et des bâtiments, politiques d'urbanisme) afin de faciliter ce défi quotidien. Il serait ainsi possible aux pouvoirs publics de constater les améliorations ou les dégâts occasionnés par l'installation d'un nouveau parking souterrain ou de parcmètres.

"Pour 110 voitures en circulation cherchant à se garer, il y a 100 places disponibles aux alentours", annonce Nadav Levy, co-auteur de l'étude. On veut bien le croire mais l'illusion est parfaitement trompeuse. Je mets au défi notre scientifique de trouver plus de 90% d'espaces libres à un moment T autour de la Gare Saint-Lazare. Les chercheurs nous précisent toutefois que des mesures extrêmement simples pourraient être prises directement par les maires. Entre autres, augmenter les tarifs pour se garer dans la rue afin d'inciter les gens à se tourner vers les parkings souterrains (ça va être compliqué de faire plus exorbitant que 185 euros de l'heure sur les Champs-Elysées, même si la 72e heure est à moitié prix) ou encore diminuer le temps maximum de validité d'un ticket délivré par les parcmètres pour accélérer le turnover. Bon allez les enfants, vous avez exactement 5 minutes et 36 secondes pour aller acheter vos cadeaux de Noël, sinon la voiture part à la fourrière. Bref, des actions qui rencontreront sans doute une véritable adhésion auprès des conducteurs.

Et puis, franchement, avouez que quelque chose nous manquerait si chacun pouvait se garer sans problème. Finie l'impression d'avoir remporté une énorme victoire sur l'adversité lorsqu'on trouve enfin un sésame après ¾ d'heure de recherche effrénée. Fini le sentiment de chance fascinant qui vous transporte lorsque vous parvenez à vous garer en moins de 2 minutes. Finis les échanges amicaux au détour d'une ruelle avec d'autres usagers compréhensifs : "Mais il voit bien qu'elle rentre pas sa caisse là, pousse toi de là que je m'y mette !"

Définitivement, on y perdrait..!

PS : Ce billet est écrit et sponsorisé par une personne ne possédant même pas le permis mais totalement solidaire des souffrances des motorisés. Ou pas.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas