TA2 s'intéresse aux échanges à distance mais en groupe

Par 23 avril 2010
Mots-clés : Future of Retail, Europe

Le projet européen travaille sur un système de télé présence qui permettra à plusieurs personnes réparties en plusieurs groupes de converser et d'échanger des fichiers à distance par l'intermédiaire de leur poste de TV.

La communication de plusieurs personnes regroupées dans une même pièce et mobiles avec d'autres situées à distance demande des solutions de vidéoconférence assez sophistiquées. Et, regrette Nikolaus Färber, chercheur à l'institut IIS du Fraunhofer, "les discussions par webcam classiques ne sont pas faites pour supporter des échanges en groupe". Pour pallier ce manque, le projet européen TA2*, auquel l'institut participe, met actuellement au point un système de téléconférence qui combine caméra, téléviseur et interface tactile pour échanger des fichiers – photos, vidéos, textes. Et tenir des échanges en étant plusieurs dans une même pièce. Il sera aussi possible de profiter de cette manière de jeux collaboratifs. Le but est d'ouvrir ce mode de communication au plus grand nombre.
Partager des documents à plusieurs
La tablette, reliée à Internet, permettra de partager en direct avec ses contacts des fichiers, mais aussi de les modifier en temps réel et à plusieurs : montage de films... Chaque utilisateur disposera d'un compte privé où il pourra stocker ses dossiers personnels. Lorsqu'ils passeront des appels en voix sur IP, les utilisateurs verront le visage des personnes jointes s'afficher sur l'écran de leur téléviseur. Selon ses concepteurs, des microphones, répartis dans la pièce, assureront un son de qualité hi-fi. Ils reposeront sur un codec à très bas délai. "Ce système évitera les interférences comme on peut en avoir lors de conversations sur Skype", explique à L'Atelier Peter Stolenmayer, du Fraunhofer.
Une caméra qui se focalise sur l'orateur
La caméra sera rattachée au câble coaxial du poste de télévision. Elle sera capable de se focaliser sur la personne qui prend la parole ou qui manipule des contenus. Cela via des capteurs sonores et de mouvement. Difficile cependant de savoir pour le moment comment seront répartis ces senseurs. "Les paramètres restent à définir", concède Peter Stolenmayer. Le projet, qui a été présenté à l’occasion de l’IFA à Berlin, devrait être finalisé pour 2012. Il est cofinancé par la commission européenne et réunit une douzaine de partenaires, parmi lesquels figurent Philips, BT and Alcatel-Lucent.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas