La tactique militaire a aussi besoin de réseaux sans-fil sécurisés

Par 06 novembre 2009
Mots-clés : Smart city, Europe

Un système d'antennes s'intégrant à la visière et utilisant les fréquences à 60 GHz établit une communication sécurisée entre les militaires. Le but : faciliter l'échange d'informations tactiques en environnement hostile.

Pour permettre aux soldats d'évoluer de manière plus sécurisée et coordonnée en environnement hostile, il faut leur donner les moyens d'échanger des informations de la manière la plus simple et sécurisée. C'est ce que veut faire l'université Queen de Belfast, qui a mis au point un système de communication donnant la possibilité de communiquer de personne à personne via des réseaux sans fil à courte portée sur le champ de bataille. Et ce, sans être interceptés, brouillés ou décryptés par les forces ennemies. Comment ? La technologie est constituée d'un réseau d'antennes et d'une caméra qui s'intègrent sur les vêtements ou à la visière du casque.
Pour une coordination plus efficace
Le système utilise des fréquences de 60Ghz, plus résistantes aux risques d'interférences que les ondes basses fréquences. Selon William Scanlon, responsable du projet, les appareils utilisant cette fréquence sont très petits, donc potentiellement intégrables dans les vêtements des soldats. Malgré cela, ils sont capables de transmettre des quantités énormes de données. "De plus, le signal transmis via les fréquences de 60GHz est très sécurisé", explique-t-il à L'Atelier. "Il n'est pas facilement détectable, et il ne peut être utilisé et détecté que sur une zone très réduite".
Des fréquences sécurisées
Grâce à elle, les militaires pourront échanger en temps réels des vidéos, des données de surveillance secrètes et des informations tactiques. Consultables depuis un appareil portable, accroché à la poignée par exemple. Pour prédire les types de situation dans lesquelles il sera nécessaire de recourir à l'utilisation de ces appareils, les chercheurs travaillent sur des scénarios de combats, basés sur les animations souvent utilisées pour les jeux vidéo. Selon le spécialiste, à l'avenir, l'application pourra être utilisée non seulement à des fins militaires, mais aussi par des services d'urgences et dans les domaines du sport et du divertissement. Le projet a été commandé par le ministère de la défense du Royaume-Uni.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas