Des tags RFID en guise de plaques d'immatriculation ?

Par 05 décembre 2008
Mots-clés : Smart city

L'expérience est menée par le VTT dans le cadre d'un projet global d'amélioration de la sécurité routière. Les radars de police traditionnels seront également remplacés par des outils de mesure plus sophistiqués.

Le Centre de recherche technique de Finlande (VTT) travaille actuellement à l'élaboration de nouveaux équipements de surveillance du trafic routier destinés à améliorer sa sécurité. Afin d'optimiser le contrôle de la circulation, ses chercheurs misent notamment sur la radio-identification. A terme, des tags RFID pourront en effet remplacer les traditionnelles plaques d'immatriculation. Grâce à des lecteurs dédiés installés sur les routes, la police et les autorités chargées du contrôle du trafic pourront automatiquement identifier les véhicules à problèmes. De la sorte, il n'y aurait plus de problèmes liés à la reconnaissance des numéros sur les clichés pris au flash par les radars automatiques.
Reconnaissance d'image
Le VTT réfléchit également à l'élaboration d'outils de monitoring capables d'enregistrer un nombre de paramètre supérieurs aux équipements existants. Les lecteurs RFID pourront y être intégrés. Grâce à une technologie de reconnaissance d'image élaborée spécialement à cet effet, il sera possible de tracer automatiquement non seulement la vitesse des véhicules, mais aussi, leur hauteur, la distance les séparant les uns des autres, leurs poids, leurs conditions de freinage et enfin leur taux de friction avec la surface de la route. Dans un premier temps, toutes ces informations seront envoyées grâce à un système sans fil à des banques de données établies dans des PC de surveillance.
Terminaux embarqués dans les véhicules
L'objectif affiché est cependant de concevoir des terminaux de monitoring mobiles embarquables dans les véhicules surveillant les routes. De la sorte, la police pourra intervenir beaucoup plus rapidement en cas de danger ou de non respect des règles de conduite. Les équipements élaborés par le VTT l'ont été en concertation avec la police finlandaise, laquelle a pu faire bénéficier de son expertise depuis le début du projet. De tels prototypes d'équipements de surveillance ont été conçus dans le cadre du projet européen Asset Road, qui vise à inventer la plate-forme de sécurité routière du futur. Pour ce faire, le VTT a reçu une enveloppe d'un million et demi d'euros.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas