Les tarifs imposés par Madrid sont jugés anticompétitifs par Telefonica.

Par 29 mai 1998
Mots-clés : Digital Working

S'estimant lésée par la restructuration des tarifs téléphoniques proposés par le gouvernement espagnol, en particulier pour les communications locales dont le prix augmente, de façon non homogène, d...

S'estimant lésée par la restructuration des tarifs téléphoniques proposés
par le gouvernement espagnol, en particulier pour les communications
locales dont le prix augmente, de façon non homogène, de 13,7 % en deux
étapes (8,2 % dans l'immédiat, 5,5 % dans les prochains mois), Telefonica
menace de déclencher une action en "dommages et intérêts".
Ainsi, les appels de moins de 160 secondes représentant 75 % du total,
selon Telefonica, coûteront
7,9 % moins chers, alors que les communications de plus de 3 minutes
seront nettement plus chères "ce schéma pénalisera fortement les
entreprises et les utilisateurs d'Internet, dont la durée moyenne des
communications est de 20 minutes". Le prix des appels de longue durée sera
quasiment multiplié par deux, ce qui, selon l'opérateur "freinera le
développement du segment des communictions actuellement le plus dynamique".
Ce rééquilibrage des tarifs est d'autant plus important pour Téléfonica
que la téléphonie fixe représente environ 54 milliards de F, soit près de
60 % de son chiffre d'affaires.
Le gouvernement veut également obliger l'opérateur à facturer les appels à
la seconde et non par blocs de trois minutes.
(Les Echos - 29/05/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas