Les taux de connections à Internet commencent à stagner aux Etats-Unis.

Par 23 mai 2001

Selon la deuxième vague de l’enquête menée par Ipsos-Reid dans 35 pays sur les comportements liés au web, «The Face of the Web», le marché de l’Internet aux Etats-Unis semble être arrivé aujourd’hui...

Selon la deuxième vague de l’enquête menée par Ipsos-Reid dans 35 pays sur
les comportements liés au web, «The Face of the Web», le marché de
l’Internet aux Etats-Unis semble être arrivé aujourd’hui à maturité: 59 %
d’internautes réguliers en 2000 comme en 1999. En revanche, la croissance
est toujours très forte en Europe et dans les autres pays anglophones.
Avec 65 % d’internautes réguliers, contre 53 % en 1999, la Suède est la
plus connectée des 35 pays testés. Le Canada arrive en seconde position
avec 60 % d’internautes réguliers (+ 4), devant les Etats-Unis, désormais
à la 3ème place.
A court terme, les Européens devraient être plus nombreux que les
Américains à surfer sur Internet, si l’on se réfère à la forte croissance
enregistrée notamment en Hollande (57 %, + 17), en Suisse (51 %, + 6) ou
encore en Finlande (53 %, + 9), pays leaders en Europe en proportion
d’internautes.
Le Sud Est asiatique et d’autres pays anglophones devraient enregistrer
l’arrivée de nombreux internautes. La Corée du Sud et Singapour comptent
d’ores et déjà 45 % d’internautes assidus parmi leur population (+ 14). 54
% des Australiens surfent désormais régulièrement (+ 6). Le Royaume-Uni et
l’Allemagne arrivent en fin de classement avec respectivement 35 % (+ 2)
et 37 % (+ 8) d’internautes réguliers.
Un deuxième groupe de pays émergents arrive juste derrière,avec des taux
de population régulièrement connectée en forte progression. La Belgique
arrive en tête de ce groupe avec 38 % d’internautes réguliers (+ 8) devant
le Mexique (zone urbaine) 33 % (+ 6). Avec 28 % d’internautes réguliers,
l’Italie enregistre une progression très forte en un an (+ 12). Avec 30 %
d’internautes (+ 8), la France fait parti de ce groupe.
Un ensemble de pays comptant parmi leur population environ 25 %
d’internautes arrivent ensuite, avec une progression du nombre de
connectés faible ou nulle. Les zones urbaines d’Amérique du Sud (Brésil,
Colombie, Argentine), les zones urbaines de Chine, d’Afrique du Sud ou de
Russie, la Pologne, la Turquie, et même l’Espagne font partie de ce
groupe. Bien que 27 % des Espagnols surfent régulièrement, la faible
progression du nombre d’internautes dans ce pays (+ 2 points en un an)
semble indiquer qu’une large part de la population est coupée du réseau
mondial. Dans ces pays, la fracture numérique se superpose désormais à la
fracture sociale.
(Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 23/05/2001)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas