La technologie ouvre l'Ouganda aux services bancaires

Par 21 novembre 2007
Mots-clés : Smart city, Afrique

La banque nationale signe un partenariat avec un fournisseur de services bancaires américains pour déployer une infrastructure financière à l'échelle du pays. Objectif : permettre à tous d'accéder aux services de paiement de base.

(cliquez pour agrandir)
L’accès aux services financiers est un moteur de développement économique dans les pays émergents. Or en Afrique subsaharienne, un adulte sur cinq seulement a accès à une banque. Et en Ouganda, ils ne sont qu’un sur dix. Pour réduire ce fossé, la banque d’Etat Post Bank Uganda annonce un partenariat avec une société de services financiers américaine Map International. La firme est chargée de déployer dans le pays une véritable infrastructure de services financiers basée sur les nouvelles technologies : services bancaires mobiles et Internet, systèmes de transfert de fonds électroniques, et cartes de crédit et de débit avec photo d’identité et protection biométrique permettant de relier les différentes coopératives rurales au système de la banque nationale.

Un partenariat public/privé

Les Ougandais devraient ainsi pouvoir accéder prochainement à de nombreux services, principalement depuis leur mobile, comme l’accès à son compte et le paiement de factures. Il sera également possible de transférer les salaires rapidement sur un compte sans passer par l’envoi d’un chèque et le paiement de frais de dépôt. Le système va à l’encontre des principaux obstacles empêchant l’accès à des services financiers, comme le fait que les banques se trouvent dans les grandes villes quand la population habite principalement en zone rurale. Autres freins : le prix souvent prohibitif d’ouverture d’un compte et l’impossibilité de fournir les pièces nécessaires à la création d’un dossier. Dans le cadre de ce partenariat public/privé, la société de télécommunications Uganda Telecom fournira les infrastructures nécessaires à l’interconnexion des distributeurs de billets de Post Bank dans tout le pays, ainsi que le noyau de la plate-forme bancaire mobile.

Monétiser le pays

« Le pays comprend six millions de ménages, dont cinq millions se trouvant dans des zones rurales. Notre but est de monétiser l’ensemble du pays », expliquait fin octobre Ezra Suruma, le ministre ougandais des finances à l’origine du partenariat, à l’Associated Press, rappelant le fait que les individus possèdent souvent de l’argent chez eux, et qu’il est désormais nécessaire de le faire fructifier dans une banque. Le système complétera la stratégie mise en œuvre par le gouvernement, et qui vise à installer au moins mille coopératives de crédit dans les zones rurales. Une initiative intéressante mais, conclut le ministre, qui oblige encore les gens à parcourir de longues distances pour accéder à un service financier.

A ce sujet lire aussi :

Asie et Afrique sont les moteurs de l’industrie mobile (11/10/2007)
Le progrès technologique accentue aussi les inégalités (11/10/2007)
Les banques s’ouvrent aux solutions alternatives dans les pays émergents (19/09/2007)
Les services bancaires mobiles attendent les pays émergents (05/07/2007)
Le Kenya transforme les mobiles en banques (13/06/2007)

L’Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas