La technologie soutiendra l'économie indienne, sous conditions

Par 19 novembre 2010
touche "inde" sur un clavier

Si la population indienne a aujourd'hui atteint un niveau élevé de préparation à l'adoption de solutions technologiques, le manque d’infrastructure et le manque d'accessibilité sont un obstacle à surmonter.

 

Bien que les conditions soient réunies en Inde pour que les nouvelles technologies soient amplement adoptées par la population locale, des efforts restent à fournir, en particulier dans la construction d’infrastructures effectives et dans une plus grande accessibilité des services. Voilà le principal constat de l’étude “Using ICT to boost India’s competitiveness”, dont les conclusions ont été présentées au Forum économique mondial. Le rapport démontre que les Indiens ont atteint un niveau élevé dans la préparation à l’usage des technologies de l’information et de la communication, lié à leur capacité à maîtriser la langue anglaise. Mais aussi à la dynamique du marché des télécommunications.

Le second plus grand marché derrière la Chine

“Le pays est à présent le second plus grand marché derrière la Chine, avec environ 600 millions d’utilisateurs en avril 2010, et dix à quinze nouveaux millions tous les mois”, notent les analystes. Pour autant, la majorité de la population indienne ne bénéficie pas encore de dispositifs high tech dans les usages de la vie quotidienne, nuance le rapport. L’une des raisons : le coût des équipements, qui fait défaut aux populations les plus pauvres. Les analystes rappellent ainsi que le PIB par habitant en Inde était similaire en 2009 à celui du Vietnam, et ne représentait que la moitié de celui de l’Indonésie, ou un tiers de celui de la Chine. Une plus grande accessibilité des services et des équipements est ainsi nécessaire.

Une plus grande collaboration entre acteurs publics et privés nécessaire

Malgré cet obstacle important, l’administration du pays a su prendre en compte les opportunités que représentaient les nouvelles technologies, pour en faire un “élément crucial du développement économique”. Une plus grande collaboration avec les acteurs privés est néanmoins nécessaire, selon les consultants. “La Corée du Sud ou Singapour sont parvenus à moderniser leur économie en rapprochant le gouvernement, le secteur professionnel et les individus”, expliquent-ils. Avant de conclure : “une vision et des efforts collectifs du gouvernement et de la société civile sont nécessaires pour relever les défis de la région, et soutenir la croissance économique indienne”.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas