Les technologies embarquées, c’est déjà demain

Par 14 juin 2004

L’industrie automobile ne manque pas d’imagination lorsqu’il s’agit de faciliter la conduite et d’assurer la sécurité de ses clients. La voiture d’aujourd’hui – et plus encore la voiture de...

L’industrie automobile ne manque pas d’imagination lorsqu’il s’agit de faciliter la conduite et d’assurer la sécurité de ses clients. La voiture d’aujourd’hui – et plus encore la voiture de demain – est suréquipée en systèmes électroniques embarqués.

Si bien que de plus en plus nos automobiles ont la possibilité d’agir sur notre conduite : en nous contraignant à ralentir, à l’approche d’une zone de travaux, d’une école, d’un passage piéton… par exemple. Des capteurs situés à l’avant de la voiture de demain détecteront ce type de zones à risque et adapteront, en fonction, un mode de conduite. Au Japon, certains constructeurs travaillent aussi à la stabilisation automatique d’une voiture dont le conducteur ne cesse de changer de voie et de zigzaguer.

La sécurité routière passe également par la bonne information du conducteur sur son environnement. Une donnée prise en compte par le japonais Toyota, développeur d’une caméra capable de filmer les angles morts et de retransmettre ces images au conducteur. Le système coûte encore cher puisqu’il est commercialisé au Royaume-Uni pour la modique somme de 2.300 livres sterling, en équipement optionnel sur la Corolla Verso.

Autre technologie embarquée que celle de la géolocalisation par GPS. Le système suppose un équipement composé d’un assistant personnel, d’un GPS (pour le positionnement), d’une application logicielle et d’une communication par téléphone pour obtenir des informations trafic en temps réel (embouteillages, travaux, ralentissements), etc.

Enfin, la voiture de demain sera communicante. Elle est déjà capable aujourd’hui de signifier à son propriétaire qu’il a omis de fermer une portière ou d’éteindre ses feux ; bientôt elle déclenchera une alarme si elle détecte que le battement des paupières du conducteur ne se fait plus à un rythme régulier…

Toutes ces innovations sont intéressantes, et promettent un niveau de sécurité très élevé… mais il reste à déterminer qui de l’électronique ou du conducteur aura la main-mise sur le véhicule en cas de danger imminent, et qui portera la responsabilité des dysfonctionnements éventuels des systèmes électroniques.

(Atelier groupe BNP Paribas - 14/06/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas