Les technologies qui mettent KO les téléphones portables dans les lieux publics

Par 09 avril 2004
Mots-clés : Smart city, Moyen-Orient

Coupez cette sonnerie que je ne saurais entendre ! La satisfaction de ce désir sera bientôt à la portée de certains lieux publics, qui s’entichent de technologies capables de bloquer les...

Coupez cette sonnerie que je ne saurais entendre ! La satisfaction de ce désir sera bientôt à la portée de certains lieux publics, qui s’entichent de technologies capables de bloquer les téléphones portables de ces utilisateurs qui n’ont pas encore trouvé la fonction vibreur de leur appareil. Beaucoup auront pu le remarquer : les panneaux rappelant de couper son téléphone portable dans les théâtres, les restaurants ou les trains échappent encore à certains.

Des ingénieurs et des chercheurs concentrent donc leurs efforts sur les technologies qui permettraient de rendre les téléphones portables inopérants. Et pour eux, il y a des clients : des casinos qui veulent éviter que leurs joueurs ne trichent grâce à leur téléphone, des compagnies de transport ferroviaires soucieux d’assurer aux voyageurs une tranquillité absolue, des théâtres lassés des téléphones qui se mettent à jouer le générique de Mission impossible au beau milieu d’une représentation de Phèdre, etc.

Cell Block Technologies est une société américaine qui développe un appareil de la taille d’un détecteur de fumée. Son rôle est de retransmettre des signaux sur les fréquences des téléphones portables, de manière à ce que les appelants d’un utilisateur soient redirigés automatiquement vers sa boîte vocale.

D’autres solutions existent, comme le brouillage intentionnel, qui interrompt la connexion entre les antennes-relais de téléphonie mobile et les appareils. Le principe de ce brouillage est de surcharger les fréquences des téléphones avec des signaux puissants et beaucoup de « bruits » parasites. Les intéressés pourront facilement se procurer des brouilleurs sur Internet (eBay, sites de gadgets, etc.), à partir de 200 dollars pour les appareils les plus rudimentaires.

Bien d’autres technologies encore sont en développement… mais leurs initiateurs font face aux puissants acteurs des télécommunications, qui clament qu’empêcher des utilisateurs de recevoir des communications est illégal, et contraire à l’éthique. Leurs arguments ne manquent pas : non-respect des droits individuels, risque de bloquer des appels vers les services d’urgence, etc.

Une stratégie de défense contre laquelle certains ont trouvé une parade : Zetron, une compagnie américaine ou encore Netline, en Israël, fabriquent des détecteurs de signaux téléphoniques, qui sont mis en vente dans bon nombre de pays. Celui de Zetron, par exemple, s’allume et sonne lorsqu’il détecte un téléphone, puis un message enregistré est diffusé, enjoignant les utilisateurs d’éteindre leur portable.

(Atelier groupe BNP Paribas – 09/04/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas