"Les technologies ont un impact sur nos traditions"

Par 14 novembre 2009

AfricaCom, c'est terminé. Pas mes posts dessus. En attendant de les mettre, quelques mots sur l'usage et l'impact au quotidien du mobile et d'Internet sur la culture et le mode de vie des gens.
Je suis allée aujourd'hui dans le township de Gugulethu, pour interroger ses habitants sur leur utilisation des technologies dont on a parlé pendant deux jours au salon. Sur ça aussi, un post plus fouillé suivra. En attendant, retranscription de la discussion que j'ai eue dans le "local cab" (comprenez taxi complètement illégal qui vous transporte dans le township pour 5 rand par personne) avec Xolani, la personne qui m'a accompagnée.
Dans le taxi, se trouvaient déjà une jeune femme et une petite fille d'une douzaine d''années. Xolani a parlé avec elles, puis m'a expliqué que le turban noir que la jeune femme portait sur la tête signifiait qu'elle était fiancée. Et que celui-ci se portait pendant six mois. Pendant cette même période, la famille du fiancé fait suivre la "promise" d'un de ses membres - généralement un des enfants. Pourquoi ? Pour vérifier que celle-ci est une jeune fille "bien sous tout rapport", qui n'a pas de liaison avec un autre homme, qui a une vie irréprochable, etc.
Et que donc la petite fille qui était avec la jeune femme n'était ni sa soeur, ni sa nièce, mais certainement la soeur de son futur époux, qui allait avec elle partout où elle se déplaçait, quand elle n'était pas à l'école ou chez elle, évidemment. Mais, a-t-il ajouté, avec le téléphone portable ou Internet, il devient beaucoup plus facile de déjouer cette surveillance. Si la "promise" a un amant dans le placard ou qu'elle veut juste rejoindre ses amis, elle prend son téléphone, maintenant, et envoie un SMS pour fixer un rendez-vous à une heure où l'escorte sera en classe. Dans un lieu public, on peut aussi se retrouver au dernier moment, toujours par texto, et s'arranger pour fausser compagnie à son accompagnatrice et aller retrouver les gens dont on préfère que leur fréquentation ne remonte pas aux oreilles de la future belle famille. Et Xolani de conclure : "Toutes ces technologies ont un impact important sur nos traditions. Ca aussi ça peut être important pour votre article". Donc acte.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas