"Avec les technologies, le savoir n'est plus une donnée rare"

Par 13 novembre 2012
Clarisse Berrebi

Travailler de manière plus rapide, plus simple et moins contraignante. C'est ce que Clarisse Berebi, avocate au barreau de Paris, expérimente auprès de ses pairs.

L'Atelier a rencontré Clarisse Berrebi, qui est aussi associée gérante du cabinet B&H, à l’occasion de l’édition TEDx Panthéon Sorbonne du 8 novembre, sur le thème Le nouveau siècle des Lumières.

Clarisse Berrebi : Qu'a apporté l'insertion de plus en plus généralisée des technologies dans l'entreprise ?

L'Atelier :Les nouvelles technologies sont une forme de libération économique et humaine à l’intérieur de l’entreprise. Le web et ses usages ont apporté au monde professionnel un mode de communication, de partage de l’information et des connaissances qui font qu’effectivement aujourd’hui le savoir n’est plus une donnée rare qui a une certaine valeur, mais au contraire qui a pour objectif d’être partagé et de s’échanger plus vite. Le travail demain prendra cette forme extrêmement collaborative qui permettra aux individus d’échanger entre eux, et de collaborer davantage en mode projet comme on dit aujourd’hui dans l’objectif de résoudre une problématique pour un client ou pour un intervenant quelconque.

Et pas de disparaître, au profit de la technique ?

L’évolution est en cours et il est de la responsabilité de chacun de faire en sorte que les nouvelles technologies subliment le travail et permettent aux gens de mieux exercer leur activité professionnelle, plutôt que de réduire les emplois. A mon sens, les technologies devraient être un outil pour faciliter le travail quotidien. Maintenant évidemment il y aura toujours des abus et il faudra être vigilant.

Comment ces outils transforment-ils des métiers comme celui d'avocat, dont on peut penser à première vue qu'il pourrait ne pas en avoir besoin ?

Il y a de nombreuses technologies qui servent notre métier. Le web et les nouvelles technologies sont en eux-mêmes un nouveau champ d’investigation pour l’avocat puisque c’est extrêmement créateur de droit. Mais au-delà de ça, cela change profondément notre façon de travailler, d’apprendre, de faire entrer l’information, de faire de la veille pour notre cabinet, et enfin notre façon de communiquer. Les technologies sont en train de modifier profondément la profession d’avocat. Et c’est l’un des sujets qui me tient à cœur puisque je considère que la  profession doit rester mobilisée sur cette question pour justement s’imprégner et s’immerger dans les nouvelles technologies.

Les technologies facilitent elles également la mobilité dans votre métier ?

Je crois effectivement que sur cette question les nouvelles technologies sont un atout indéniable. Puisque d’abord la profession se féminise beaucoup, et c’est un point important car les femmes travaillent autrement. Elles ont besoin d’un rythme différent afin de mieux concilier la vie personnelle et la vie professionnelle. Et les technologies permettent par leur possibilité de communiquer à distance, de façon collaborative en temps réel. Ainsi elles permettront aux avocats et avocates de mieux travailler ensemble sur les projets à distance ou quelque fois depuis le domicile.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas