Les technologies au travail n'ont pas que des conséquences positives

Par 01 octobre 2008
Mots-clés : Smart city

Stress, accroissement du nombre d'heures travaillées... Les Américains jugent que la généralisation des TIC apporte plus de flexibilité, mais également certaines contraintes.

La moitié des employés américains estime que la multiplication des technologies au sein de leur travail est un facteur de stress non négligeable. Tout du moins ceux interrogés dans le cadre d'une étude* menée par le Pew Research Center's Internet. Principales explications ? La sensation, pour 50 % de ces insatisfaits, que les TIC les empêchent de se déconnecter de leur travail les soirs et les week-ends. Et ils sont à peu près autant à juger que tous ces nouveaux outils, au lieu de simplifier leur tâche, les engagent à travailler plus. "Les Américains ont une relation à la je t'aime moi non plus avec les technologies", juge Mary Madden, co-auteur du rapport.
Travailler depuis chez soi
Et d'ajouter : "même s'ils sont satisfaits de ces nouveaux outils, les salariés doivent jongler avec de nouvelles problématiques telles que : comment faire la part entre temps de travail et temps de loisir quand je peux être en permanence joint pas mon patron ? Comment compter les heures supplémentaires quand il m'arrive de travailler à n'importe quelle heure ?". En effet, à peu près la moitié des collaborateurs qui possèdent un téléphone professionnel ou un ordinateur portable annonce travailler au moins occasionnellement depuis son domicile. Enfin, même ceux considérés comme les plus assidus dans leur travail soulignent quelques conséquences négatives de cette insertion massive des TIC au travail.

Connectivité = flexibilité et meilleure communication
60 % des travailleurs ayant des responsabilités de management annoncent ainsi travailler plus. Et répondre à leurs mails, quelle que soit l'heure. Les TIC restent cependant les bienvenues en entreprise : en marge de ces préoccupations, une part importante des salariés reste quand même satisfaite de la situation. Ainsi, plus de trois employés sur cinq utilisent désormais Internet au quotidien pour leur travail, et la majorité d'entre eux estime que cette connectivité leur apporte une plus grande flexibilité pour réaliser leurs tâches. Mieux, les quatre cinquièmes se trouvent même plus compétents, et, pour continuer dans les chiffres, les trois quarts jugent communiquer de manière plus efficace avec leurs collègues et supérieurs.

*Etude réalisée sur un panel de plus de deux mille salariés âgés de plus de 18 ans, sur une quinzaine de jours au printemps 2008.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas