Les technologies vertes sacrifiées sur l'autel de la rigueur ?

Par 25 juin 2009

La réduction des budgets dans le secteur technologique aux Etats-Unis ralentit l'innovation dans le marché du ''green IT''

La crise économique est perçue par plus de la moitié des professionnels du secteur technologique comme le frein principal à l'innovation. Voilà la conclusion d'un rapport publié par Microsoft et Harris Interactive. Selon l'étude, les responsables prévoient d'allouer moins d'un tiers de leur budget cette année pour des projets dans ce domaine. Un des premiers secteurs touchés est celui des technologies vertes. Un constat étonnant quand on sait que récemment, Deloitte rappelait au contraire l'attrait des investisseurs américains pour ces technologies. Selon Microsoft et Harris Interactive, il n'est pas encore mature et évolue grâce à des améliorations ponctuelles qui nécessitent des investissements en R&D important.
Vers un recentrage des budgets sur la sécurité
Or le retour sur investissement n'est pas assez rapide pour obtenir une allocation budgétaire importante. Résultat : si 80 % des professionnels interrogés se montrent préoccupés par des sujets comme celui de la consommation des centres de données, ils ne sont qu'à peine la moitié à vraiment y penser au moment de la décision finale. Le rapport montre également une volonté des professionnels de ne pas trop réduire les coûts mais plutôt de recentrer les budgets sur des secteurs considérés comme clefs : ceux qui créent de la valeur ajoutée rapidement. La sécurité devient ainsi l'activité vers laquelle se concentrent les budgets pour les trois quarts des sondés.
Attention à ne pas oublier l'innovation !
Protéger les données de l'entreprise et des consommateurs pour garantir la confiance est vu par plus de la moitié des professionnels interrogés comme essentiel pour s'assurer des parts de marché et pour améliorer la productivité. Toutefois "les entreprises qui se focalisent seulement sur la réduction de leurs coûts technologiques ne seront pas capables de se positionner face à ceux qui favorisent les innovations malgré la crise", avertit Bob Kelly, vice-président des infrastructures serveur chez Microsoft. L'étude porte sur quatre pays : les USA, l'Allemagne, le Royaume Uni et le Japon.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas