Téléchargement P2P : 23 internautes indemnisent l'industrie musicale au Royaume-Uni

Par 07 mars 2005
Mots-clés : Smart city

De plus en plus de voix s'élèvent pour dénoncer les condamnations et les menaces perpétrées contre des internautes en France et ailleurs. Et pourtant, celles-ci continuent de pleuvoir...

De plus en plus de voix s'élèvent pour dénoncer les condamnations et les menaces perpétrées contre des internautes en France et ailleurs. Et pourtant, celles-ci continuent de pleuvoir. Dernières en date, celles destinées à 23 particuliers britanniques, qui ont accepté de payer une amende de plus de 50 000 livres sterling, pour ne pas être poursuivis. La menace émanait de l'organisation représentative des maisons de disque outre-Manche, qui les avait repérés comme de gros utilisateurs des réseaux de téléchargement Kazaa, Grokster et Bearshare.
Agés de 22 à 58 ans, les contrevenants ont accepté de payer chacun environ 2000 livres sterling pour que la British Phonographic Industry (BPI) n'engage pas de poursuite. Parmi eux : un conseiller municipal, un directeur IT et des parents de jeunes internautes mordus de téléchargement gratuit ! Cette nouvelle affaire semble être le signe que sous couvert de menaces les maisons de disque parviennent de plus en plus à exécuter leur propre justice en dehors des tribunaux...
Selon la BPI, les internautes qui ont payé avaient téléchargé entre plusieurs centaines et plusieurs milliers de chansons sur les réseaux de P2P. L'organisation n'en a d'ailleurs pas terminé avec ces internautes qui, selon ses termes, "volent sur Internet' : elle a déjà demandé à un tribunal du pays l'autorisation d'obtenir l'identité de 31 autres internautes téléchargeurs... auxquels on demandera certainement une fois encore de payer s'ils ne veulent pas passer devant les tribunaux.
(Atelier groupe BNP Paribas - 07/03/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas