Téléchargement en P2P : eDonkey détrône Kazaa

Par 13 octobre 2004
Mots-clés : Future of Retail

Kazaa a perdu son leadership. Aujourd’hui légendaire, ce réseau d’échange en peer-to-peer est chargé d’histoire. Il appartient à la seconde génération de ces médias qui, après la grande période...

Kazaa a perdu son leadership. Aujourd’hui légendaire, ce réseau d’échange en peer-to-peer est chargé d’histoire. Il appartient à la seconde génération de ces médias qui, après la grande période de Napster et son interdiction ont permis aux internautes de recommencer à télécharger des fichiers musicaux et vidéos sur Internet. D’abord confidentiel, Kazaa est vite devenu l’allégorie du téléchargement illégal sur Internet, des nouvelles habitudes des consommateurs dans le domaine de la musique et de la lutte menée par l’industrie musicale pour l’abattre. Les procès tentés contre la société Kazaa n’auront finalement pas abouti à ce que les majors réclamaient : son interdiction pure et simple. C’est la concurrence qui détrône aujourd’hui Kazaa. Celle du réseau eDonkey, plus particulièrement. La société californienne BayTSP, spécialiste de l’échange de fichiers a déterminé que c’est eDonkey qui avait rassemblé le plus d’utilisateurs en septembre : ils étaient 2,54 millions par jour en septembre, contre 2,48 millions sur Kazaa. En cause, selon Bay TSP : les plus grandes capacités d’eDonkey à faire transiter des fichiers importants… La technologie de Kazaa a aujourd’hui plusieurs années derrière elle, tandis que ses concurrents ont bien su gérer le passage au transfert de plus en plus fréquent de fichiers lourds comme les vidéos. Et encore, BayTSP ne prend pas en compte dans son classement et le recensement des utilisateurs de ces réseaux le fameux BitTorrent, qui permet lui aussi de télécharger de gros fichiers très rapidement. Selon la société CacheLogic, BitTorrent aurait doublé son trafic entre les mois de janvier et juin 2004, passant de 26 % à 53 % du trafic total observé sur les réseaux d’échange ! L’industrie musicale ferait donc bien de se méfier : une baisse des connexions sur Kazaa n’est plus nécessairement le signe d’une tendance descendante du téléchargement gratuit. (Atelier groupe BNP Paribas - 13/10/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas