Telecom Italia Mobile enregistre de bons résultats au troisième trimestre grâce à l'annulation d'une taxe et à la hausse de son chiffre d'affaires

Par 04 novembre 2003
Mots-clés : Smart city

TIM, la filiale téléphonie mobile de Telecom Italia, peut remercier la Cour européenne de Justice (CEJ) ! En septembre dernier, celle-ci avait rendu un arrêt en faveur de l'opérateur, déclarant ...

TIM, la filiale téléphonie mobile de Telecom Italia, peut remercier la Cour européenne de Justice (CEJ) ! En septembre dernier, celle-ci avait rendu un arrêt en faveur de l’opérateur, déclarant illégale une taxe de l’Etat italien sur les opérateurs téléphoniques. Une décision de justice qui se répercute aujourd’hui sur l’annonce des résultats de TIM au troisième trimestre 2003.

Rappelons les faits : l’Etat italien avait décidé en 1999 de prélever à chaque opérateur téléphonique un impôt proportionnel à son chiffre d’affaires. Suite à cela, une contestation menée par les opérateurs devant les tribunaux avait donné lieu à une suspension de la taxe à partir de l’année 2000 et finalement à son élimination par la CEJ en septembre 2003.

Par conséquent, TIM a pu rapatrier les sommes prévues pour le paiement de l’impôt et les réintégrer à son bilan, ce qui lui permet d’enregistrer un gain de 442 millions d’euros au troisième trimestre 2003 contre une perte l’an dernier à la même période de 1,2 milliard d’euros, liée à la dépréciation d’actifs de ses activités turques et vénézuéliennes.

TIM a également pu compter sur la hausse de ses ventes, à hauteur de 9,8 % (sur un marché pourtant mature, en voie de saturation). Pour le dernier trimestre 2003 et l’année 2004, la filiale de Telecom Italia n’est pas revenue sur ses prévisions exprimées en février 2003, tablant sur une croissance annuelle de 8 % de son chiffre d’affaires.

(Atelier groupe BNP Paribas – 04/11/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas