Telecom Italia semble renoncer à s'allier avec l'américain ATT.

Par 24 mars 1998
Mots-clés : Digital Working

Lundi, le groupe italien a indiqué que le représentant d'ATT, Mark Baker, a démissionné du conseil d'administration pour des raisons "techniques", tout en soulignant que les négociations entre les d...

Lundi, le groupe italien a indiqué que le représentant d'ATT, Mark Baker,
a démissionné du conseil d'administration pour des raisons "techniques",
tout en soulignant que les négociations entre les deux groupes se
poursuivaient en vue d'une alliance. Toutefois, selon l'accord
préliminaire signé en juillet dernier, Telecom Italia aurait dû acquérir,
au plus tard le 31 décembre dernier, pour 2,4 milliards de F de titres
ATT. ATT et son allié en Europe Unisource, de leur côté, devaient prendre
chacun 1,2 % du capital de Telecom Italia lors de sa privatisation en
novembre. Néanmoins, rien n'est encore fait à ce jour. Le représentant
d'Unisource, Paulus Smits, devrait aussi démissionner du conseil
d'administration. Le Trésor italien hériterait, dans ce cas, des deux
participations et redeviendrait, paradoxalement, le premier actionnaire de
Telecom Italia avec 2,4 % du capital. Mais cette situation ne devrait être
que provisoire avant l'arrivée d'un nouveau partenaire. British Telecom
paraît le mieux placé.
(Le Figaro - la Tribune - L'Agefi - 24/03/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas