Télécommunications : les français commencent à réduire leurs dépenses

Par 06 mai 2009
Mots-clés : Smart city, Europe

Contrairement à d'autres statistiques parues en début d'année 2009, une étude de Bain & Company menée plus récemment montre que les consommateurs hexagonaux souhaitent économiser sur les services de communication.

En début d'année 2009, les consommateurs français semblaient vouloir moins dépenser en achats d'appareils électroniques, mais toujours autant dans la communication. Cette tendance semble avoir évolué depuis. D'après une étude menée par Bain & Company, la moitié des consommateurs de l'Hexagone songent à réduire ou à modifier leurs dépenses de communications. En d'autres termes, porter une attention particulière à leurs factures de téléphone fixe et mobile, d'Internet, de télévision et même de contenus numériques à la demande. "Le grand public évolue vite" note Laurent-Pierre Baculard, Associé au bureau de Paris et membre du pôle de compétence TMT.
Vers la concrétisation des plans sociaux
"Fin 2008, il ne voulait pas réduire ses dépenses de type Telecom et loisirs numériques, mais trois mois plus tard, il envisage de le faire"Parmi les facteurs incriminés : la concrétisation des plans sociaux lancés par les entreprises en début d'année. Les premiers services touchés sont ceux qui sont facturés à la consommation, comme la téléphonie fixe et mobile ainsi que la télévision. Internet, quant à lui, serait moins concerné : seuls 15% des consommateurs ont l'intention d'économiser sur son utilisation. Ces comportements varient selon l'âge : les utilisateurs de trente quatre à soixante quatre ans semblent davantage prêts que les autres à réduire leurs dépenses.
Quatre axes pour réagir
"Pour anticiper les modifications de consommation Télécom et se préparer à la sortie de crise, les acteurs du secteur, comme les opérateurs téléphoniques, TV payante et câble, doivent réagir très vite" alerte Laurent-Pierre Baculard.  Pour cela, Bain & Company a répertorié quatre actions principales à mettre en place : compresser les coûts, privilégier le revenu et la marge dans les douze mois à venir, préparer la stratégie de sortie de crise et enfin saisir les opportunités de croissance externe.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas