Le téléphone mobile plus dangereux pour le cerveau à la campagne qu'à la ville

Par 18 mai 2005
Mots-clés : Smart city

Les téléphones mobiles sont-ils, oui ou non, dangereux pour notre santé ? Les études se suivent mais ne se ressemblent pas, au point de décourager le consommateur qui espérait un jour détenir de...

Les téléphones mobiles sont-ils, oui ou non, dangereux pour notre santé ? Les études se suivent mais ne se ressemblent pas, au point de décourager le consommateur qui espérait un jour détenir de vraies informations sur les éventuels risques encourus par les utilisateurs de téléphones portables. Une nouvelle étude vient semer la confusion dans les esprits... Elle émane du travail menée part une équipe de chercheurs suédois.

Ceux-ci ont étudié une région de la Suède dans laquelle 1400 adultes âgés de 2 à 80 ans ont été diagnostiqués avec des tumeurs au cerveau entre 1997 et 2000. Cette population d'individus a été comparée à un échantillon identique de personnes vivant dans des zones urbaines. Résultat : les habitants des campagnes utilisant des mobiles depuis trois ans présentent trois fois plus de risques de développer une tumeur au cerveau que les mêmes utilisateurs qui vivent dans un cadre urbain.

Plus l'utilisation du mobile a commencé il y a longtemps et plus les risques se multiplient. Entre rats des champs et rats des villes, quelle différence ? L'hypothèse la plus vraisemblable, à première vue, est qu'à la campagne les antennes relais sont plus éloignées les unes des autres qu'en ville. Donc les rayonnements des mobiles sont beaucoup plus forts.

(Atelier groupe BNP Paribas - 18/05/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas