Téléphone mobile et santé : des experts français accusés de manque d'indépendance

Par 18 septembre 2006

Les portables sont-ils dangereux ou pas pour notre santé? Selon l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail, l'Afsset, qui a publié en 2003 et en 2005 son rapport...

Les portables sont-ils dangereux ou pas pour notre santé ? Selon l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail, l'Afsset, qui a publié en 2003 et en 2005 son rapport sur les risques de la téléphonie mobile sur la santé, la réponse est non. Mais une enquête ministérielle remet aujourd'hui en cause l'indépendance du jugement de plusieurs des experts des rapports. Explication.
 
Pour deux instances gouvernementales, l'Inspection générale de l'environnement (IGE) et l'Inspection générale des affaires sociales (Igas), trois des dix experts chargés du rapport auraient manqué de rigueur. Elles estiment que "sans qu'il soit question de mettre en cause la valeur scientifique des personnes ayant constitué le groupe d'experts ad hoc, la mission regrette la faiblesse juridique du processus qui a présidé à leur désignation", 
 
Généralement, les nominations doivent être validées par un conseil scientifique qui garantit l'absence de rapports entre les membres d'une commission et des personnes appartenant aux institutions sur lesquelles elle est censée enquêter – ici, les opérateurs mobiles français.
 
Lors de l'élaboration du rapport d'expertise, il n'existait à l'Afsset, selon le rapport de l'Igas et de l'IGE, aucune structure "susceptible de valider la désignation des experts et donc de garantir leur situation au regard de conflits d'intérêts éventuels". Or l'un des experts semble avoir un lien direct avec des opérateurs. Pour les deux autres, il semble qu'il soit possible d'établir un lien indirect.
 
Enfin, en décembre 2002, des articles rédigés par plusieurs des membres chargés de produire le rapport sont parus dans Impact Medecine, un magazine sponsorisé par un opérateur de téléphonie mobile... Pour les enquêteurs, ces publications ont "contribué à jeter le doute sur l'impartialité du travail qui était en cours".
 
Pour les associations de défense de l'environnement comme Agir pour l'environnement et Priartem, qui ont contribué à rendre public ce rapport, c'est une véritable victoire. Le délégué général d'Agir pour l'environnement, Stéphane Kerckhove, dit attendre que "les rapports, qui n'ont plus aucune valeur, soient dépubliés et qu'une nouvelle étude de l'Afsset soit lancée".
 
Cette victoire rappelle cependant malheureusement notre méconnaissance des effets des ondes à long terme sur notre santé. La publication d'une étude par le Centre international de recherche sur le cancer sur une possible relation entre l'usage du mobile et les tumeurs de la tête et du cou, "Interphone", nous en apprendra peut-être davantage...
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 18/09/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas