Les téléphones non évolués peuvent aussi proposer la géolocalisation

Par 04 octobre 2012 Laisser un commentaire
feature phone

Les systèmes de localisation pourraient se généraliser sur les feature phones en combinant algorithmes spatio-temporels et diffusion cellulaire.

Les applications de géolocalisation sont très populaires, voilà une vérité générale. Cependant, pour en profiter, il faut disposer de téléphones adaptés. Or dans de nombreuses régions, les smartphones ne sont pas légions. Ce sont les "features phones", téléphones de précédente génération, qui de par leur faible coût et leur fiabilité sont très populaires, en Inde par exemple. Mais ils ne sont ni pourvus de capteurs high-tech ni d'app stores (sauf exception, comme Telco App Store, d'hSenid), rendant les fonctions de localisation inaccessibles à une grande partie de la population. En Afrique et au Moyen-Orient, seulement 18% de la population possède un smartphone. Des chercheurs du Indraprastha Institute of Information Technology à New Dehli en Inde ont du coup cherché des façons d'apporter les possibilités offertes par les smartphones aux features phones. Ceci en utilisant une approche basée sur deux algorithmes spatio-temporels et en utilisant le GSM et la diffusion cellulaire de messages afin d'obtenir la localisation d'un téléphone.

Un mappage spatio-temporel

Concrètement, le premier extrait les coordonnées géographiques d'un utilisateur (l'ID du téléphone) grâce à la diffusion cellulaire ainsi que l'heure de réception du message par l'antenne relais la plus proche. Le second analyse les messages reçus et calcule la position actuelle de l'utilisateur en les comparant à une base de données existante. L'opération se répète et le système permet d'observer l'utilisateur en mouvement statique ou lent. Les chercheurs ont développé un service pour les téléphones mobiles qui mettent en œuvre les deux algorithmes. Il reçoit tous les messages de localisation par le réseau cellulaire et les stocke dans un vecteur emplacement.

Un système de transition

Tous ces endroits sont géocodées en utilisant l'API de Google Maps. Chaque fois que l'application a besoin de l'emplacement actuel de l'utilisateur, le service a lieu en tant que vecteur d'entrée et renvoie les coordonnées calculées. Dans les prochaines années, un tel système pourrait s'avérer utile pour pallier le manque de système GPS et l'absence d'infrastructure Wi-Fi qui empêchent les utilisateurs de non-smartphone d'utiliser les applications de localisation. D'ici à 2017, seulement 50% des smartphones seront pourvus de GPS dans les pays en voie de développement. Toutefois, ce système est moins précis que peut l'être le GPS ou le Wifi. La précision de la localisation dépend principalement de la couverture de la base de données des ID des téléphones, de leur densité dans une région, et de la visibilité des identifiants cellulaires sur le téléphone.

Haut de page

Vos commentaires

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Aucune balise HTML autorisée
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

En soumettant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de Mollom.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas