Téléphonie mobile : 100 000 Français demandent à l'UFC Que choisir l'évaluation de leur préjudice

Par 05 décembre 2005
Mots-clés : Smart city, Europe

100 000 Français ont déjà demandé une évaluation du préjudice que leur a fait subir leur opérateur de téléphonie mobile entre 2000 et 2002. A la condamnation des opérateurs, L'UFC Que choisir...

100 000 Français ont déjà demandé une évaluation du préjudice que leur a fait subir leur opérateur de téléphonie mobile entre 2000 et 2002. A la condamnation des opérateurs, L'UFC Que choisir s'est d'abord félicitée de l'amende de 534 millions d'euros fixée par la justice. Elle a ensuite ouvert un site Internet qui permet à tous les Français qui possédaient un téléphone portable entre 2000 et 2002 d'évaluer le préjudice subi sur la période du fait de l'entente illicite entre Bouygues Télécom, SFR et Orange. Entre temps, les trois opérateurs ont annoncé qu'ils allaient faire appel d'une amende qu'ils jugent disproportionnée.

Le président de la commission finance de l'UFC Que choisir a confié, dimanche, à l'AFP que sur les 30 millions d'abonnés à la téléphonie mobile, ils étaient déjà 100 000 à avoir demandé une évaluation de leur préjudice en deux jours.

L'utilisation du calculateur mis en place par l'UFC est très simple. Il suffit de se rendre sur le site www.cartelmobile.org , d'entrer les dates de début et de fin d'abonnement, le type de forfait souscrit, son numéro de téléphone et son opérateur. En quelques secondes, l'internaute obtient une évaluation financière de ce qu'il est en mesure de réclamer. D'après l'UFC, cette somme tourne en général autour des 140 euros.

A la différence du système juridique anglo-saxon, la "class-action" n'est pas possible en France. Les ardeurs des consommateurs seront certainement freinées par la complexité du moyen de recours français. Ils peuvent confier leur dossier à une association ou poursuivre individuellement les opérateurs en justice.

(Atelier groupe BNP Paribas - 05/12/05)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas