Le télétravail peine à décoller en entreprise

Par 05 mars 2012 1 commentaire
Mots-clés : Smart city, Europe
Une femme travaille de chez elle sur un tapis en face d'un canapé

Si légalement, le travail à distance est un droit, peu d'entreprises le proposent encore formellement ou proposent des outils adaptés. Parmi les raisons, le facteur culturel n'est pas à négliger.

 

Le télétravail, s'il existe dans les entreprises françaises, peine à se développer. Et pour cause, 56% des salariés français déclarent qu'ils ne peuvent pas en profiter dans leur entreprise alors même que 52% le souhaitent. Pourtant près de neuf sur dix considèrent que le travail à distance permet d'être autant ou plus productif dans son activité comparé au travail en présence physique dans l'entreprise. C'est ce que montre une étude de Citrix menée auprès de 1200 entreprises françaises. Question de culture ? En effet, pour Sophie Vandriessche, directrice commerciale grands comptes EMEA de la division Online de Citrix, "les entreprises françaises restent attachées à la présence physique des employés". Toutefois, 55% des salariés ont la possibilité de faire du télétravail depuis plus de 2 ans. Une pratique sous évaluée puisque 42% des salariés ne sont pas au courant de la politique de leur entreprise concernant le télétravail.

Une question de moyens

Autre aspect : les moyens. 46% des salariés interrogés affirment ainsi que leur entreprise ne leur donne pas les moyens nécessaires, tels que des outils permettant de collaborer ou d'avoir accès à ses dossiers. Pourtant, l'équipement n'est pas forcément très lourd. En "adoptant des outils collaboratifs simples tel que le cloud computing, les entreprises peuvent améliorer la productivité et le bien-être de leurs employés" affirme la directrice commerciale. Résultat : même parmi ceux qui se sont vus accorder la possibilité de travailler à distance, peu en profitent : sur 44 %, 22 % ne se seraient pas encore lancés dans ce mode de collaboration.

Le télétravail reconnu par le droit

Selon le rapport, les choses devraient cependant changer : et de rappeler que le 29 février, la proposition de loi* sur le télétravail a été votée. A l'époque où ils ont été interrogés, 42% des salariés n'étaient pas au courant du projet de loi en cours. Pour Sophie Vandriessche, "encadrer juridiquement le télétravail permettra aux entreprises de définir un cadre clair et compréhensible et de faire un grand pas en avant". Une affirmation à mitiger puisque 35% des salariés pensent que la loi est une bonne idée mais qu'elle ne changera rien pour eux.

*Proposition de loi relative à la simplification du droit et à l'allègement des démarches administratives de Jean-Luc Warsmann (UMP, Ardennes), Président de la Commission des Lois, qui, dans son article 46, introduit le télétravail dans le Code du travail

Haut de page

1 Commentaire

Soyez prudents dans la manière dont vous vous exprimez car le télétravail n'est pas un droit. C'est une possibilité, basée sur le volontariat et avec accord du manager et il ne s'agit pas d'une situation acquise. Pensez aussi que la double réversibilité (de la part du salarié et de la part du manager) est possible à tout moment.
Il serait bien également de ne pas mélanger les termes "travail à distance" et "télétravail" qui n'ont pas la même portée juridique. La DGT (Direction générale du travail) a défini le travail à distance et le télétravail est, quant à lui, défini par la nouvelle loi et il l'était déjà depuis 2005 par l'ANI.
Que les salariés ne soient pas au courant de la proposition de loi n'a rien d'étonnant; la plupart des DRH ne l'étaient pas non plus. Qui a la possibilité de suivre tous les textes en cours de processus législatif en France en dehors des personnes directement concernées et informées !

Soumis par nts@distance-ex... - le 06 mars 2012 à 09h33

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas