La télévision peut également mesurer le rythme cardiaque grâce à la reconnaissance faciale

Par 17 juillet 2013
Mesure du rythme cardiaque par la télévision

Des chercheurs du MIT ont créé une caméra qui s'intégrera à une télévision afin de mesurer le rythme cardiaque d’un téléspectateur, via un système de reconnaissance faciale, lorsqu'il regarde l'écran.

Les futures télévisions pourraient ne pas se contenter pas d’être regardées, elles scruteront elles aussi le téléspectateur. Mais pour son bien ! En effet, des chercheurs des départements des sciences informatiques et du laboratoire de l’intelligence artificiel du MIT ont mis au point une caméra permettant de mesurer le rythme cardiaque en observant les mouvements faciaux, son but étant évidemment de vérifier la bonne santé du cœur du spectateur. Cet algorithme, qui s’appuie sur plusieurs techniques du domaine de la vision par ordinateur, pourrait être adapté aux télévisions évoluées aussi bien qu’aux ordinateurs explique un des concepteurs, Ming-Zher Poh.

Un système en amélioration

Car, en effet, le procédé utilise un système de reconnaissance faciale pour cibler le visage de la personne dont le rythme cardiaque sera évalué, puis choisit entre 500 et 1000 points autour de sa bouche et de son nez pour distinguer ses mouvements grâce à la caméra. Par ailleurs, le chercheur en charge du projet, Guha Balakrishnan, diplômé du MIT en ingénierie électronique et sciences de l’informatique explique que la caméra « évite les yeux, car les clignements ne doivent pas être pris en compte », de même que les gestes non révélateurs, tels ceux liés à la respiration et aux changements de position. Ainsi, seuls les mouvements pertinents sont isolés afin de déterminer le rythme cardiaque. Bien que de nombreux progrès aient été effectués, comme le déclare Ming-Zher Poh, avec par exemple la suppression du signal sonore puissant qui existait au tout début, un autre chercheur de l'équipe, Guha Balakrishnan relativise toutefois, précisant que la technique n’est pas encore adaptable à tout appareil équipé d’une caméra.

Un procédé adapté à divers supports

Certes, il y a une volonté que ce capteur serve pour l’e-santé, mais comme cela avait été le cas avec la Kinect 1 qui avait amené à des applications dans la médecine, il est très probable que l'industrie des jeux vidéo utilise ce genre de procédé, mais de manière beaucoup moins précise et à d’autres fins. Ce qui est par ailleurs déjà le cas avec la Kinect 2 de Microsoft, qui concernant la mesure du rythme cardiaque, devrait servir à adapter la difficulté d’un jeu au stress de l’utilisateur plutôt qu’à des fins médicales. On peut noter par ailleurs que ce procédé existe déjà sur smartphone, avec l’application Cardiio. Toutefois, même si cette dernière a rencontré un grand succès, elle reste encore trop imprécise pour une utilisation dans le cadre médical. Cardiio permet surtout aux sportifs d’avoir une estimation de l’intensité de leur effort.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas