La télévision haute définition fait ses premiers pas.

Par 02 septembre 1998

Dès le mois d’août, le fabricant de téléviseurs Panasonic a été le premier à lancer une télévision haute définition sur le marché américain. Dès septembre, les autres marques devraient faire de même...

Dès le mois d’août, le fabricant de téléviseurs Panasonic a été le premier
à lancer une télévision haute définition sur le marché américain. Dès
septembre, les autres marques devraient faire de même. Toutefois, le coût
de cette technologie qui améliore considérablement la qualité de l’image,
reste élevé de l’ordre de 33 000 F auxquels s’ajoute un boitier de
réception de 9 000 F.
Numéro un de la télévision aux Etats-Unis, Thomson Multimédia annoncera
dans deux mois ses plans. Le responsable du lancement de la TVHD aux
Etats-Unis, Gil Ravelette, de passage à Paris, a annoncé que les premiers
modèles seraient sur le marché courant novembre “deux modèles seront
proposés, l’un de 1,55 m de diagonale, l’autre de
1,4 m. Leurs prix seront respectivement de 8 000 et de 7 000 dollars
(environ 48 000 et 42 000 F). L’an prochain seront proposés des récepteurs
classiques à tube cathodique, moins grand, mais aussi moins chers, entre 3
000 et 4 000 dollars”. D’ici la fin de l’année, le groupe espère
enregistrer 20 000 commandes. Thomson Multimédia ne débutera sa production
à grande échelle qu’au début de l’an prochain.
Selon la norme définie par la Commission fédérale de communications, les
principales chaînes américaines commenceront en novembre à diffuser, par
satellite et en hertzien, quelques heures d’émissions quotidiennes,
principalement des films.
Selon l’association des fabricants d’électronique grand public, le CEMA,
30 % des foyers américains seront équipés de ce type de téléviseur dans
huit ans. Une bonne partie des 18 millions d’Américains possédant une
télévision de plus de 12 000 F l’échangeront dans un proche avenir pour
gagner en confort.

Pour l’heure personne ne sait quant la TV haute définition fera son
apparition en France. L’heure est à la haute consommation de bouquets
numériques, pas à la haute qualité d’image. Il faut dire que personne n’a
oublié la triste expérience du HD-MAC, norme hybride entre analogique et
numérique, arrivé à la fois trop tôt (les téléviseurs dignes de la haute
définition n’étaient pas prêts) et trop tard (la révolution du
tout-numérique était déjà en route).
Toutefois, la France n’est pas restée en marge de la révolution de la
télévision numérique. Désormais, celle-ci est disponible sur les
satellites et le câble, parfois en format 16/9, mais sans que la
définition de l’image ne soit changée. Pour Gil Ravelette “l’image
française (en 625 lignes) est d’une qualité supérieure aux nôtres (525
lignes). Peut-être que chez vous, le besoin d’une définition supérieure se
fait moins sentir”.
(Le Monde - 1er/09 - Libération - 03/09/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas