Le temps doux-amer des TIC : quel calcul de la productivité ?

Par 09 septembre 2005

Les TIC nous font-elles gagner du temps ? Nous rendent-elles plus productifs ? Nous rendent-elles plus créatifs par l'accès facilité qu'elles nous donnent à l'information ? Instinctivement, la...

Les TIC nous font-elles gagner du temps ? Nous rendent-elles plus productifs ? Nous rendent-elles plus créatifs par l'accès facilité qu'elles nous donnent à l'information ? Instinctivement, la réponse sera positive. Mais sur quels chiffres ou quelles logiques se fonder pour répondre ? Comment déterminer l'impact des TIC sur la productivité ? Peut-on même le mesurer ?

Le paradoxe de Solow: de quelle productivité parle-t-on ?

En 1987, Robert Solow déclare : "L'ordinateur est partout, sauf dans les statistiques de productivité." Au moment même où les entreprises commencent à investir dans les ordinateurs (1973), la croissance de la productivité du travail baisse. Les TIC n'ont donc pas d'impact positif sur la productivité des entreprises dès leur mise en place. Jusqu'au milieu des années 90, la révolution engendrée par l'arrivée des TIC n'est pas une révolution sans précédent.

La difficulté du paradoxe résulte du fait que pour les économistes, il y a deux productivités : la productivité apparente qui est la production par heure de travail et le progrès technique qui mesure l'avantage d'investir dans les TIC plutôt que dans les machines ou la main d'œuvre.

Temps d'implémentation technologique et temps d'assimilation par les usages

Il y a deux temps : le temps où la technologie se met à fonctionner et le temps où la technologie commence à être efficace parce que l'on sait l'utiliser. Et le décalage entre ces deux étapes explique le paradoxe de Solow. Par exemple, après la sortie d'un logiciel, il faut le temps que la société l'implémente auquel s'ajoute le temps très variable que les employés mettront à l'utiliser efficacement.

Reprenons un chiffre d'il y a seulement quatre ans. D'après une étude de Fullsix Research, 50 % des utilisateurs d'intranet ne trouvaient pas l'information qu'ils cherchaient alors que les entreprises évaluaient à 6 millions de dollars par an le coût des recherches infructueuses ou laborieuses (source IDC).

Même si vingt ans après, l'impact des TIC sur la productivité est réel, il n'en est qu'à ses balbutiements.

De nombreux experts ont parlé d'un retard de l'Europe par rapport aux Etats-Unis dans l'exploitation des nouvelles technologies. D'après la Commission des Finances et des Affaires économiques du Sénat, 40 % de l'augmentation de la productivité en Europe sont dus à l'utilisation des TIC contre 60 % aux Etats-Unis. L'avance des Etats-Unis semble provenir des gains importants de productivité dans le secteur producteur de TIC.

Les TIC nous font-elles gagner du temps ? Oui, mai il reste difficile de trouver des chiffres irréfutables pour l'illustrer. Ce que l'on peut affirmer, c'est que les TIC modifient notre manière de passer le temps. Et ce sont certains processus et usages clés comme le courriel ou la recherche d'information qui doivent être observés pour mesurer leur impact concret !

Ornella Nomber, pour l'Atelier

(Atelier groupe BNP Paribas- 09/09/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas