Tester la sécurité des réseaux Internet en Europe

Par 19 avril 2011
Mots-clés : Smart city, Europe
un cadenas virtuel

Travailler sur des exercices en condition réel d'attaques de hackers, permet de repérer les failles des systèmes européens et d'améliorer la sécurité.

« Cyber Europe 2010 », c'est le nom d'un exercice, le premier du genre, de simulation d’attaques visant à paralyser Internet au niveau européen. L'opération a été menée en novembre dernier par l’agence de cyber-sécurité de l’Union européenne (UE), l’European Network and Information Security Agency (Enisa), avec la participation de près 70 experts d'organismes publics. Objectif: s'assurer que les Etats-membres de l’UE mais aussi les entreprises sont protégés lorsqu'ils ils sont connectés à Internet. Dans son rapport final publié ce mois d'avril, l'Enisa constate que les Etats-membres sont organisés de manière très différente en matière de sécurité informatique. Il faudrait donc harmoniser les systèmes pour être efficace au niveau européen.

S’organiser d’abord au niveau national

Le rapport préconise d’augmenter le nombre d’exercices de ce genre à l’avenir mais conseille aussi aux Etats-membres d'en mettre en place au niveau national, pour ajuster leur organisation interne. En cas de crise grave, quelque 55% des pays n’étaient pas confiants quant à leurs capacités à trouver les bons interlocuteurs, même avec l’ensemble des annuaires disponibles. La preuve qu’ils doivent d’abord identifier les acteurs de leur pays avant d’espérer une coopération efficace avec d'autres pays.

Le rôle du secteur privé

L'Enisa pointe aussi le rôle que le secteur privé doit jouer dans l'organisation de prochains exercices du même genre. En étant plus impliqués, ils pourront participer à la création de simulations plus réalistes dans les conséquences que pourrait avoir une cyber-attaque sur le fonctionnement des entreprises et de l’économie. « Le rapport Cyber Europe identifie la façon dont nous pouvons rendre nos activités économiques et sociale en ligne plus sûres » résume le professeur Udo Helmbrecht, directeur exécutif de l’Enisa. En tout cas, près de 90% des participants ont trouvé cette initiative très utile.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas