Des textalysers pour lutter contre le mobile au volant : de l’outil à la loi

Par 25 avril 2016
Des textalysers pour lutter contre le mobile au volant : de l’outil à la loi

Les législateurs de l’Etat de New York envisagent de généraliser les “textalysers”, cette innovation qui permet de vérifier si un automobiliste a utilisé son téléphone au volant.

En France, l’article R412-6-1 du code de la route interdit l’usage du téléphone au volant. Pourtant, selon des chiffres d'il y a quelques années, près d’un accident corporel sur dix est lié à son utilisation. D’après le National Safety Council américain, les statistiques sur le sujet sont biaisées et sous-estimées parce qu’en cas de choc ou de collision, rares sont ceux qui reconnaissent avoir téléphoné. Comment savoir ce qu’il en est réellement et dissuader les automobilistes de regarder leur portable ? Les législateurs de l’Etat de New-York ont peut-être trouvé une solution. Ils souhaitent permettre aux policiers de se servir de “textalysers”. Ces petits appareils se rapprochent des alcootests, mais au lieu de mesurer la quantité d’alcool dans le sang, ils sont capable de vérifier si le mobile a été utilisé.

Les partisans de cette proposition de loi affirment que les “textalysers” ne permettront d’obtenir aucune donnée personnelle et serviront uniquement pour déterminer si un accident est lié à l’usage d’un téléphone portable. C’est l’entreprise israélienne Cellebrite qui est à l’origine de cette innovation. D’après les rumeurs, cette même entreprise aurait aidé le FBI à débloquer les iPhones liés à l’attentat de San Bernardino de décembre 2015.

Parmi les critiques, certains rappellent que les policiers peuvent déjà avoir accès à ce type d’information via un mandat de perquisition et que rien ne presse. Contrairement aux effets des drogues ou de l’alcool qui disparaissent après quelques temps, les activités sur un téléphone restent détectables. Un tel outil pourrait néanmoins avoir un effet dissuasif.

Pour réduire les accidents de la route, il existe désormais une multitude de technologies. Comme celle développée par Phasya qui étudie les mouvements des yeux grâce à des caméras pour quantifier le niveau de somnolence d’un conducteur ou encore AlcoStop qui remarque lorsque le taux d’alcoolémie de l’automobiliste est trop élevé grâce à une série de capteurs et bloque le moteur.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas